Jeff Yates a donné une conférence d’environ une heure, mardi soir, à la Salle François-Brassard du Cégep de Jonquière.

Fausses nouvelles: Yates pointe Facebook du doigt

Les réseaux sociaux, en particulier Facebook, sont à l’origine de la propagation accrue des fausses informations qui pullulent sur Internet et qui peuvent même éventuellement contaminer les médias traditionnels.

C’est du moins l’avis de Jeff Yates, spécialiste de la désinformation sur le Web. Le journaliste, chroniqueur et blogueur donnait une conférence, mardi soir à la Salle François-Brassard du Cégep de Jonquière, dans le cadre du Carrefour de rencontre entre étudiants et professionnels (CREP).

«Une fausse nouvelle, c’est lorsque quelqu’un fait exprès pour mettre de l’avant une fausse information dans le but de tromper les gens», a mis en contexte l’invité du colloque d’Arts et technologies des médias.

Au cours de son allocution de près d’une heure, donnée devant plus de 100 personnes dont la grande majorité était des étudiants, Jeff Yates a indiqué que depuis que Facebook était devenu une source d’information, la donne avait complètement changé. Il a rappelé que lors de sa création, le plus grand réseau social au monde n’était pas destiné à informer, mais bien à permettre à un groupe de gens de rester en contact.

«Facebook a en quelque sorte remplacé une salle de nouvelles», a comparé Jeff Yates. À l’aide d’une image, il a indiqué que le rédacteur en chef avait été remplacé par l’ami qui croit aux OVNIS, que les pupitreurs avaient été remplacés par l’ami anti-vaccins et que «ma tante Johanne» avait pris la place des journalistes.

«Facebook nous met face à une situation unique et nouvelle dans l’histoire et c’est difficile de la gérer», a reconnu le blogueur.

Jeff Yates a poussé la réflexion en rappelant que chaque fois qu’on cliquait «j’aime» sur un article ou qu’on le partageait, on faisait de la publicité pour quelqu’un.

«On ne sait pas à qui ça profite et même si ça peut paraître anodin, il faut se poser la question», a souhaité Jeff Yates, rappelant qu’il n’y a rien que l’on fait sur Facebook qui est sans conséquence. 

Quoi faire

Maintenant, quelles sont les solutions pour éviter de voir apparaître de fausses informations sur son fil d’actualité? Le chroniqueur a expliqué que Facebook avait lancé un programme de signalement de fausses nouvelles, mais ce filet comporte certains risques. Par exemple, une bande de fanfarons pourraient décider de signaler chaque article d’un média traditionnel, contrecarrant les plans du réseau social.

Jeff Yates invite surtout les utilisateurs à redoubler de prudence, à employer de bonnes pratiques sur les réseaux sociaux et à afficher un sens critique développé.

«Il y a un phénomène bizarre qui existe, c’est-à-dire que les gens vont mettre leur sens critique de côté lorsque quelque chose les fait réagir», a remarqué l’invité du CREP.

Le présentateur de la conférence, Éric Arseneault, y est allé d’une affirmation intéressante en introduction, lorsqu’il a dit que la conférence de Jeff Yates devrait être obligatoire à toute personne qui s’intéresse à l’information. En effet, les observations du blogueur poussent à la réflexion et remettent en question nos façons d’analyser une information véhiculée sur une plate-forme.

Jeff Yates a débuté sa carrière au journal Métro en 2013, où il signait le blogue l’Inspecteur viral. Depuis le début de l’année, il est à l’emploi de Radio-Canada.

Le CREP se termine mercredi midi avec une conférence grand public sur la réalité virtuelle, donnée par le président et producteur chez Figure 55, Pascal Pelletier.