Mais où sont donc les responsables du «désastre» de l'église Fatima? Voilà la question que je me pose depuis que j'ai appris, le 13 mai dernier, de la bouche même du président de l'arrondissement de Jonquière, Bernard Noël.

Fatima se rapproche de la démolition

Le pic des démolisseurs s'approche de l'ex-église Notre-Dame de Fatima, puisque le conseil de Saguenay s'apprête à lui retirer son statut patrimonial, ce qui ouvrira la porte à l'émission d'un permis de démolition au nom de Construction ATF.
Une proposition en ce sens a été entérinée par le Comité consultatif d'urbanisme à la suite d'une demande déposée le 17 septembre dernier par le promoteur.
Rappelons que le 2 avril 2013, le conseil avait refusé la demande de permis de démolition de l'ex-église afin d'intégrer le bâtiment au domaine La Charmille. Les démarches pour trouver une occupation au bâtiment par un organisme quelconque se sont avérées infructueuses.
Dans un bref commentaire, le conseiller Carl Dufour a déclaré que le processus est entamé et qu'il faudra éventuellement procéder.
Le promoteur, Bernard Larouche, a déclaré ne pas avoir un instant à perdre et qu'il procédera dès qu'il aura le permis de démolition en main. «Il y a des clients qui attendent après ça et le quartier au complet attend. Ça a été un dossier désagréable», a déclaré M. Larouche, qui n'était pas informé de la décision publiée hier.
Il a indiqué que des procédures de soumissions ont été entreprises afin d'attribuer le contrat de démolition.
Dvilleneuve@lequotidien.com