Contenu commandité
Faire son choix de carrière en pandémie: une plus grande réflexion s’impose
Faire son choix de carrière en pandémie: une plus grande réflexion s’impose
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des copies de la troisième édition d’Opération Avenir sont disponibles en ligne, mais aussi en version papier pour toutes les écoles qui en font la demande. Elles sont gratuites.
Des copies de la troisième édition d’Opération Avenir sont disponibles en ligne, mais aussi en version papier pour toutes les écoles qui en font la demande. Elles sont gratuites.

Opération Avenir: une ressource ludique pour aider les jeunes dans leur choix de carrière

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La troisième édition du guide Opération Avenir, une ressource ludique et informatique créée pour aider les jeunes à faire leur choix de carrière, a été dévoilée lundi. On y présente sept domaines en plein essor ainsi que la variété d’environnements de travail associée à ces secteurs.

Les domaines choisis ont été l’aérospatiale, l’assurance de dommages, la comptabilité, finance et gestion, la foresterie, les pharma-biotechnologies, ainsi que les technologies de l’information et des communications (TIC).

Pour cette troisième édition, Opération Avenir se concentre sur les environnements de travail. En raison de la pandémie et du confinement, la directrice générale de Septembre éditeur et éditrice d’Opération Avenir, Annik de Celles, avait eu vent que les jeunes pensaient que tout le monde travaille souvent de la maison, peu importe leur métier. Elle sait que cela ne satisfait pas tous les jeunes, car plusieurs ont besoin de bouger et d’être actifs.

On présente donc dans cette édition la variété d’environnements de travail dans lesquels un jeune peut se retrouver lorsqu’ils travaillent dans l’un de ces secteurs.

Annik De Celles est éditrice d’Opération Avenir.

« Les résultats obtenus sont surprenants. Quelqu’un peut travailler en foresterie, mais se retrouver dans une tour de bureaux à Montréal, comme un comptable peut aussi travailler pour une équipe sportive et être toujours sur la route. On trouve ça plaisant de montrer aux jeunes qu’il y a toutes sortes de possibilités pour ces domaines dans l’avenir », continue-t-elle, lors d’un entretien par visioconférence avec Le Progrès.

Elle pense que la pandémie a bien évidemment secoué les jeunes et leurs choix de carrière. Certaines professions, comme celle des professeurs, ont drastiquement changé au cours de la dernière année et cela a certainement dû avoir des conséquences sur la vision des jeunes de ce métier. Elle s’attend aussi à voir des conséquences sur l’intérêt des jeunes face aux études supérieures, qui pourrait diminuer tandis que la curiosité pour les formations professionnelles pourrait remonter. Par contre, il est trop tôt selon elle pour tirer des conclusions sur les conséquences directes de la pandémie.

Créé pour les jeunes

Le but d’Opération Avenir est donc d’outiller les jeunes par le biais d’un cahier ludique. Son utilisation est très simple, mais informative. « Chaque année, on publie quelque chose de différent, mais le but est toujours le même, c’est-à-dire d’informer et d’outiller les jeunes dans leur choix de carrière et de formation, au sens large. On ne veut pas y aller avec un palmarès des carrières et des statistiques, on parle plutôt de présenter des connaissances sur les différents domaines ainsi que la variété d’emplois dans certains secteurs de travail avec des informations claires, des jeux et des activités », commente l’éditrice.

Pour choisir les domaines présentés, Opération Avenir fait appel à ses partenaires. « Je fais le tour chaque année de mes partenaires qui sont des comités sectoriels, des ordres professionnels ou des regroupements dans différents domaines et je leur demande s’ils ont des nouveautés ou des domaines en progression. Ce sont eux qui me disent ce qu’ils aimeraient mettre en valeur », explique-t-elle. Les domaines varient donc en fonction des années, selon ceux qui ont certaines informations précises à partager.

Des copies papier sont envoyées à toutes les écoles qui en font la demande, et ce, gratuitement. Le feuillet peut aussi être téléchargé en ligne, afin que les jeunes et les parents intéressés puissent y avoir accès.