Métabetchouan-Lac-à-la-Croix s'autoproclame la «Capitale régionale du vélo». La mairesse Lili Simard soutient que cette désignation est tout à fait appropriée pour cette municipalité très populaire auprès des cyclistes.

Faire du vélo un produit d'appel

La ville de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix s'est autoproclamée «Capitale régionale du vélo» au début de la saison estivale.
La plage municipale Le Rigolet est la jonction de trois différents réseaux de pistes cyclables, soit la Véloroute des Bleuets, le Horst de Kénogami et la Route verte. Et c'est ce qui pousse le conseil municipal de l'endroit à vouloir mettre davantage l'emphase sur ce sport, qui a la cote auprès des gens de toutes les catégories d'âge. «Notre objectif est de faire du vélo un produit d'appel», souligne la mairesse, Lili Simard.
Par cette démarche, les membres du conseil de ville veulent aussi innover et se démarquer des autres municipalités du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les élus ont pris l'initiative de réclamer le titre de «Capitale régionale du vélo» alors qu'ils s'affairaient à organiser la toute première édition du Festi-Vélo qui se tenait à la fin du mois de juin dernier. L'événement qui a connu un vif succès sera de retour l'an prochain.
«Selon les statistiques, notre secteur de la Véloroute des Bleuets est le plus utilisé de la MRC Lac-Saint-Jean-Est que ce soit la semaine ou la fin de semaine», ajoute la mairesse Simard.
Cette dernière est convaincue que cette dénomination attirera davantage de touristes dans sa localité. Par le fait même, elle insiste sur le fait que la nouvelle manne de visiteurs qui s'amènera chez elle pour y découvrir les pistes cyclables constituera un apport important pour les commerçants locaux.
«Nous souhaitons que la clientèle afflue davantage chez nous. Nous avons plusieurs attraits et sites à faire découvrir aux touristes, dont l'Arboretum de la presqu'île Croft de Lac-à-la-Croix.»
Cette initiative de la ville est très bien reçue au sein de la population, aux dires de Mme Simard. «J'espère que cette reconnaissance s'accentuera au fil des ans», termine-t-elle.
Itremblay@lequotidien.com