Le président du club d’astronomie Les Boréalides de Saint-Félicien, Claude Boivin, donnera une courte leçon d’astronomie à des centaines de personnes le 28 juillet, à Montréal.

Faire découvrir l’astronomie aux petits et aux grands

Trois représentants du Planétarium de Saint-Félicien donneront une leçon d’astronomie, le 28 juillet, à Montréal, dans le cadre de la journée de la parade des jumeaux, organisée par le festival Juste pour rire.

Ils apporteront un habitacle gonflable dans lequel les participants pourront observer le ciel en temps réel, avec beaucoup plus de détails que l’oeil nu ne le permet. Les amateurs d’astronomie pourront également enfiler un casque de réalité virtuelle pour naviguer dans le système solaire.

L’organisme est invité à offrir un atelier de 25 minutes en après-midi qui s’adresse aussi bien aux tout-petits qu’aux personnes âgées.

Pour le président du club Les Boréalides de Saint-Félicien, Claude Boivin, un astronome amateur passionné, l’aventure sera doublement agréable puisqu’il est le père de jumelles. C’est lui qui pilote en quelque sorte cette mission pédagogique axée sur l’astronomie.

Claude Boivin, un ingénieur à la retraite, se passionne pour l’astronomie depuis le jeune âge.

«  On va leur montrer, avec des images et de la musique, des aurores boréales, des fusées, un voyage sur la lune et le ciel de soir.  »
Claude Boivin

« On va leur montrer, avec des images et de la musique, des aurores boréales, des fusées, un voyage sur la lune et le ciel de soir. C’est certain que la chaleur et le fait qu’il y aura beaucoup de monde, ça ajoute une difficulté », explique Claude Boivin.

Le club a l’habitude d’organiser ce genre d’événements, notamment pour des jeunes en camp de vacances, mais il s’agira de sa première sortie d’une aussi grande envergure.

Susciter l’engouement
M. Boivin espère que cette visibilité permettra d’amener des touristes au Lac-Saint-Jean, d’autant plus que les locaux du Planétarium sont situés à proximité du Zoo sauvage de Saint-Félicien. Son organisme se retrouve d’ailleurs dans le guide touristique du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« J’ai des gens qui appellent de Montréal, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord et de Québec pour venir ici. Il n’y a aucun autre centre au Québec qui a ce qu’on possède et ce qu’on offre comme activités », souligne M. Boivin.

Sur place, ses collègues et lui vendront des morceaux de météorites commandés en Russie pour financer les activités du club.