Alexis Bégin, coordonnateur de la finale du Saguenay-Lac-Saint-Jean, s’adressait aux jeunes, jeudi, en cette première journée de la finale régionale de l’Expo-sciences.

Expo-sciences: de jeunes génies à l’oeuvre

La conception d’une machine robotisée qui lance des balles de ping-pong, à l’image d’un lance-balles de tennis, ou encore l’expérimentation de l’effet de la musique sur des personnes en fin de vie sont deux exemples de la diversité et de l’ingéniosité des 65 projets d’Expo-sciences présentés à la finale régionale par des jeunes du secondaire.

Encore cette année, une centaine d’élèves prennent part à la compétition scientifique, souligne Alexis Bégin, coordonnateur de la finale du Saguenay-Lac-Saint-Jean, rencontré jeudi au gymnase de l’école secondaire de L’Odyssée/Lafontaine de Chicoutimi, où a lieu l’événement jusqu’à vendredi.

Les sujets des projets de conception, d’expérimentation ou de vulgarisation demeurent variés, même si certaines thématiques semblent intéresser davantage les élèves. « Parmi les tendances principales, on remarque que les jeunes s’intéressent beaucoup à ce qui a trait à la santé, à l’humain et à ce qui est proche d’eux, et aussi, à l’environnement », a souligné M. Bégin.

Lance-balles de ping-pong

Parmi les différents projets, la conception de Nicolas Allard, élève de cinquième secondaire à la polyvalente des Quatre-Vents de Saint-Félicien, attire l’attention au centre du gymnase.

Augustin Tremblay, 13 ans, de l’école secondaire de L’Odyssée/Lafontaine, a étudié l’effet de la musique sur les symptômes de personnes en fin de vie.

L’adolescent de 17 ans a conçu un appareil robotisé et automatisé permettant de lancer des balles de ping-pong – jusqu’à 70 par minute à une vitesse de 50 km/h –, dont les différents paramètres, tels que la force, la vitesse et le niveau de difficulté peuvent être ajustés. Il a même élaboré un système de récupération des balles à l’aide d’un filet.

« Au début, je voulais faire une machine qui lance des ballons de soccer, parce que je suis un très grand joueur de soccer, mais c’était un petit peu volumineux et compliqué. J’ai décidé de faire la même chose au ping-pong, donc de le faire plus petit », a expliqué celui qui pratique également ce sport avec ses amis, en précisant que l’adaptation de son idée lui a permis de perfectionner davantage l’appareil.

Nicolas Allard, élève de cinquième secondaire à l’École polyvalente des Quatre-Vents, a conçu une machine robotisée permettant de lancer des balles de ping-pong, comme le fait un lance-balles de tennis.

Le jeune homme, qui souhaite devenir ingénieur, impressionne en expliquant les moindres détails de l’engin et en tournant les nombreuses pages de codes informatiques utilisés pour la programmation de l’appareil.

Musique et fin de vie

Non loin de là, un jeune de première secondaire étonne lui aussi par la qualité de sa recherche et sa maturité. Le jeune violoniste Augustin Tremblay, 13 ans, de l’école secondaire de L’Odyssée/Lafontaine, a choisi d’étudier l’effet de la musique sur les symptômes de trois personnes en fin de vie en appliquant un protocole d’évaluation.

« Quand j’étais petit, ma mère travaillait dans une maison de soins palliatifs. [...] Je trouvais ça un peu triste, puis j’ai décidé de retourner là-dedans pour améliorer un peu les symptômes de ces personnes-là », a souligné l’adolescent, qui espérait que la musique ait un impact sur la qualité de vie des patients.

Trois patients ont ainsi assisté à un concert donné par une musicienne professionnelle de l’organisme les Porteurs de musique, dont la responsable est la professeure de violon d’Augustin. Les patients ont noté une diminution de la douleur, de l’anxiété, de la fatigue, de la déprime et de leurs difficultés respiratoires, entre autres. Une infirmière était même sur place pour prendre les signes vitaux des patients, dont la tension artérielle et le pouls ont baissé.

La finale régionale de l’Expo-sciences est ouverte au public vendredi de 13 h à 15 h et de 17 h 15 à 19 h 15. Les projets sélectionnés en finale régionale prendront part à la 41e finale provinciale, la Super Expo-sciences, qui aura lieu au collège Charles-Lemoyne, en Montérégie, du 11 au 14 avril.

+

DÉFI GÉNIE INVENTIF ÉTS: LES PROTOTYPES MIS À L'ÉPREUVE

Une cinquantaine d’équipes d’élèves de la région ont usé de créativité, jeudi, afin de relever le Défi génie inventif ÉTS en concevant un prototype devant déclencher une cascade d’événements.

Plus de cent élèves du secondaire ont pris part à la finale régionale qui avait lieu en marge de l’Expo-sciences, sur l’heure du dîner, à l’auditorium de l’école secondaire de L’Odyssée/Lafontaine de Chicoutimi.

Le défi, intitulé cette année « Pèse su’l piton ! », demandait aux élèves d’user d’ingéniosité afin de créer un prototype devant déclencher dans une aire de jeu trois événements successifs, pour les élèves de première et deuxième secondaire, et cinq événements différents pour les jeunes de troisième à cinquième secondaire.

Quatre équipes de la région participeront à la finale québécoise du Défi génie inventif ÉTS, qui se tiendra les 24 et 25 mai à l’École de technologie supérieure de Montréal.