Le directeur de la ville d'Alma, Guy Simard, avance l'hypothèse selon laquelle les augmentations serviront à garnir le fonds de pension des policiers de la SQ.

Explosion des frais de services

L'explosion des frais de services pour la Sûreté du Québec fait grincer des dents dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
En vue de 2013, le ministère de la Sécurité publique a récemment fait parvenir aux municipalités du Québec la quote-part qui devra lui être versée pour le financement du service.
Tel que spécifié dans la missive, les montants sont définis en fonction de l'évaluation foncière ainsi que de l'augmentation du coût moyen d'un policier au Québec, qui est passé de 153 500 $ à 162 000 $ en l'espace d'un an.
On évoque également la multiplication d'effectifs liée à l'ajout de nouvelles dessertes par la SQ.
Conséquemment à ces facteurs, on remarque des hausses impressionnantes dans la plupart des localités du Lac-Saint-Jean.
À Alma par exemple, l'enveloppe destinée aux services de la SQ fait un bond de 8,8 %, passant de 4 055 000 $ à 4 412 000 $. Directeur général de la capitale jeannoise, Guy Simard émet l'hypothèse que cette nouvelle facturation a pour dessein de regarnir le fonds de pension des policiers, entre autres choses.
Guy Simard ne remet pas en cause la qualité des services dispensés par le corps policier. Il soutient néanmoins qu'une telle surcharge aura des conséquences catastrophiques sur les plus petites localités du secteur.
Après vérifications auprès des quatre MRC de la région, on remarque en effet quelques municipalités pour qui ces augmentations sont majeures.
L'une des plus touchées de toutes est celle de Saint-Henri-de-Taillon, qui voit sa facture grimper de 36,5 %. En 2012, la petite localité déboursait 77 800 $, alors qu'en 2013, le ministère lui demande 106 200 $.
Sur une échelle plus globale, l'augmentation moyenne dans chaque MRC se chiffre à 9,8 % dans Lac-Saint-Jean-Est, à 12,4 % dans Domaine-du-Roy et à 14 % dans Fjord-du-Saguenay. Dans Maria-Chapdelaine, bien qu'il ait été impossible d'obtenir toutes les données, on note une tendance similaire à celle des autres MRC. En tenant compte de neuf des douze villes et villages du secteur, l'augmentation moyenne se situe à 10,6 %.
Directeur général de la MRC Domaine-du-Roy, Denis Taillon prédit que le phénomène n'est pas en voie de s'arrêter là. L'inflation constante dans les sites de villégiature engendrera des hausses répétées dans les années à venir, dit-il.
Plus de détails dans la version papier du Progrès-Dimanche//