L'ex-député péquiste Alexandre Cloutier invite la ministre Dominique Anglade au Colloque Action Économique.

Exit la partisanerie

Alexandre Cloutier passe de la parole aux actes. Celui qui a vivement critiqué la joute partisane, à l’annonce de son imminent départ de la vie politique en janvier dernier, fera une grande place à la vision libérale, le 22 mars prochain à Alma, au Colloque Action Économique.

À l’invitation du député péquiste, la ministre Dominique Anglade s’adressera à la communauté d’affaires de la région. Investissement Québec a également été invité pour expliquer les différents fonds et programmes destinés aux entreprises.

Initié par le député péquiste, ce colloque, rappelons-le, vise à faire émerger de nouvelles idées pour faire face au manque de personnel qui frappe plusieurs entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Une région qui, contrairement aux grands centres, souffre d’un déficit démographique en plus d’être incapable d’attirer une population immigrante.

Les chambres de commerce de la région, la CIDAL, Services Québec, Rio Tinto et d’autres partenaires pilotent l’événement qui se tiendra à l’Hôtel Universel d’Alma.

« Ce qui compte pour nous, c’est de présenter le portrait de la situation et surtout de trouver des solutions pour faire face aux défis de main-d’œuvre. C’est un enjeu de premier ordre pour la région. Il est important que tous les intervenants soient présents. C’était donc normal que le gouvernement du Québec s’insère dans cet événement. La ministre sera présente pour présenter les programmes du gouvernement », précise Alexandre Cloutier, rappelant que la partisanerie n’a jamais été invitée à ce colloque.

Un peu plus de 200 personnes, principalement issues du milieu des affaires, sont attendues à cet événement. Quelques personnalités prendront la parole dans de brèves conférences, dont Carol Allain et Pierre Lavoie. Mais la discussion sera ouverte avec les panellistes. « Tout le monde pourra prendre la parole », insiste le député de Lac-Saint-Jean. 

Électrochoc

Le colloque permettra aux différents intervenants de proposer des solutions pour éviter que le déficit démographique freine la croissance des entreprises. Le député de Lac-Saint-Jean compte suggérer publiquement plusieurs mesures, dont la bonification des points pour les immigrants qualifiés qui choisissent les régions plutôt que les grands centres. À l’heure actuelle, la grille prévoit deux points supplémentaires pour les régions sur une possibilité de quelque 116 points.

Ce qui est insuffisant, selon M. Cloutier, pour faire une réelle différence chez les travailleurs.

« On le sait, la région attire très peu d’immigrants. Mais ça nous prend ici des néo-québécois, des forces vives. Si on ne met pas d’incitatifs, 90 % des immigrants vont encore choisir Montréal. Je vais donc proposer de bonifier les points pour les nouveaux arrivants qui, de leur plein gré, choisissent les régions dans leur application », indique M. Cloutier, estimant qu’un « électrochoc » est nécessaire pour stopper la baisse démographique.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean ne reçoit, en effet, qu’une infime portion des quelques dizaines de milliers de nouveaux arrivants chaque année. En 2017, la région métropolitaine de Saguenay a accueilli une soixantaine d’immigrants.