Guy Cloutier croyait avoir découvert un satellite.

Étonnante découverte au nord de Lac-Bouchette

Le Robervalois Guy Cloutier a fait une découverte plutôt inusitée alors qu’il se baladait dans les bois, lundi dernier, avec des chasseurs. À défaut de tomber sur un orignal, le groupe a découvert un objet ressemblant drôlement à un satellite, mais qui s’avérerait plutôt être un ballon Internet. L’objet en question a été rapporté aux autorités.

Le ballon découvert dans la forêt au nord de Lac-Bouchette serait issu du projet Loon de Google, qui vise à offrir une connexion Internet dans des régions éloignées. 

« Je vais souvent passer mes fins de semaine dans le bois, pas vraiment pour chasser, mais plus pour me détendre et prendre des photos. Nous étions environ quatre dans le coin et nous avons vu ça de loin. Quand on s’est approchés, on a vu que c’était quelque chose de bien bizarre ! », raconte Guy Cloutier, qui a partagé sa découverte sur Facebook, jeudi. 

« Au début, on pensait que c’était un satellite, mais en s’approchant et en regardant les numéros inscrits dessus, on s’est aperçu que c’était un ballon du projet Loon. C’est assez inusité, car en faisant des recherches ensuite, j’ai appris que ce genre de ballon était lancé dans d’autres pays, mais pas ici », a raconté M. Cloutier. Le groupe a fait appel à la Sûreté du Québec pour signaler l’objet, qui aurait été récupéré.

« J’ai entendu dire que l’Université de Sherbrooke suivait ce ballon, mais je n’en sais pas plus à ce sujet », a ajouté M. Cloutier. Le Progrès a d’ailleurs tenté de rejoindre le département des communications de l’Université de Sherbrooke, vendredi, mais en vain. Le Progrès a également envoyé un message à Google, au cours de la journée, mais n’a pas eu de retour.

« Disons que c’est une découverte plutôt drôle ! C’était intéressant de voir ça. Nous pensons qu’il est tombé dans la nuit de dimanche à lundi, parce que les personnes avec qui j’étais ne l’avaient pas vu dans les jours précédents », a raconté Guy Cloutier. 

À propos des ballons Internet

Posant le constat que « deux tiers de la population mondiale n’ont toujours pas accès à une connexion rapide et bon marché », Google a lancé un projet utilisant des ballons stratosphériques gonflés à l’hélium.

Chaque ballon, de quinze mètres de diamètre, flotte à une vingtaine de kilomètres d’altitude et peut, grâce à ses panneaux solaires, voler 187 jours, de quoi faire neuf fois le tour du monde. 

Il permet une connexion sur 40 kilomètres autour de lui.

Les trente premiers ballons ont été lancés le 15 juin 2013 depuis la Nouvelle-Zélande. Après la Nouvelle-Zélande, Google souhaitait étendre l’expérimentation dans des pays à la même latitude, comme l’Afrique du Sud, l’Uruguay, l’Australie ou encore le Chili. On ignorait que ce genre de ballon flottait dans le ciel du Québec, mais volant dans la stratosphère, il est bien possible que ledit ballon ait été entraîné par les courants-jet pouvant atteindre des vitesses de 360 kilomètres à l’heure.