Été 2020: Jonquière accorde de l’aide financière au Patro

Anne-Marie Gravel
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien
L’arrondissement de Jonquière soutiendra financièrement le Patro pour la période estivale. Une aide financière de 25 000 $ a été accordée à l’organisation afin de pallier les coûts engendrés par la COVID-19 et un montant supplémentaire de 12 500 $ lui est octroyé afin de permettre la tenue d’animations dans les parcs de Saguenay.

L’arrondissement de Jonquière a tenu une séance extraordinaire du conseil vendredi afin de traiter du dossier du Patro de Jonquière. L’organisation a annoncé jeudi qu’elle offrirait des camps de jour cet été. Toutefois, le nombre de participants est grandement réduit, passant de 900 à 234 jeunes, ce qui ampute les entrées d’argent dans une période où les dépenses sont plus nombreuses en raison des ajustements nécessaires au respect des normes sanitaires. 

« Je salue la décision du député Mario Simard qui a offert une aide financière qui permet de diminuer les frais de façon substantielle en assumant le salaire de 30 animateurs. Malgré tout, ça demeure difficile », a expliqué Julie Dufour, présidente de l’arrondissement.

Celle-ci a proposé d’accorder l’aide financière prise à même les fonds de l’arrondissement pour les projets structurants. Julie Dufour s’attend toutefois à un remboursement du gouvernement puisque la ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, a affirmé que les camps de jour qui relèvent des municipalités obtiendraient une aide financière afin de satisfaire aux exigences des autorités de santé publique.

La proposition a été appuyée à l’unanimité. 

Fun Truck

Un projet de Fun truck également soumis par le Patro de Jonquière a aussi reçu l’appui de l’ensemble des conseillers. Le projet qui consiste à déplacer deux animateurs à bord d’un camion dans les différents parcs de Saguenay bénéficiera d’un montant de 12 500 $. 

Deux animations dans deux parcs différents par jour, pendant cinq jours, sont proposées. Chaque arrondissement sera visité par les animateurs. L’activité devrait durer entre une heure et une heure et demie. 

« C’est pour ceux qui n’auront pas accès à des camps de jour. Ça peut donner un petit répit aux parents ou à ceux qui s’occupent des enfants qui seront à la maison cet été », a expliqué Julie Dufour, précisant que l’aide financière est conditionnelle à l’approbation de la santé publique. 

Julie Dufour a par ailleurs souligné que l’arrondissement demeure à l’affût de toute idée « qui pourrait nous aider à rendre cet été plus agréable ».