Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Éric Tétrault
Éric Tétrault

Éric Tétrault songe à se présenter pour le PCC dans Jonquière

Stéphane Bouchard
Stéphane Bouchard
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
À trois ans de la date prévue des prochaines élections fédérales, le président de l’Association de l’énergie du Québec (AEQ), Éric Tétrault, teste ses appuis en vue d’une éventuelle candidature pour les conservateurs dans Jonquière.

Celui qui est à la tête de l‘AEQ, anciennement connu sous le nom de l’Association pétrolière et gazière du Québec, a publié un message «à titre personnel» dans le groupe Facebook GNL Sag-Lac, qui compte un peu plus de 37 000 membres, afin de voir comment sa candidature serait reçue.

Sa priorité: défendre le projet Énergie Saguenay. «On a vu cette semaine que le projet sera durement attaqué par les opposants, que le gouvernement du Québec n’a pas l’air de vouloir le défendre âprement et que le gouvernement fédéral actuel s’en passerait. Moi, je vais le défendre», écrit-il, ajoutant que la décision de réaliser ou non ce projet appartenait aux gens «du Saguenay».

«L’élection portera alors sur le projet, et on va gagner», ajoute M. Tétrault.

La proposition faite, il faut le dire, dans un groupe qui fait la promotion avec vigueur des projets de GNL Québec et de Gazoduq, a été bien reçue. En moins d’une heure, une centaine de personnes s’étaient manifestées pour appuyer le président de l’AEQ.

Selon la Loi électorale du Canada, les élections fédérales sont maintenant tenues à date fixe. En théorie, les prochaines auront lieu le 16 octobre 2023. Cependant, le gouvernement libéral de Justin Trudeau étant minoritaire, il n’est pas exclu que des élections soient déclenchées avant.

La circonscription de Jonquière est présentement détenue par le bloquiste Mario Simard.

Dimanche soir, Éric Tétrault n’a pas répondu à des demandes d’entrevue logées par Le Quotidien via messagerie et par téléphone.

Avant d’être à la tête de l’AEQ, fonction qu’il occupe depuis 2017, M. Tétrault a été directeur des communications du cabinet de Jean Charest, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales chez Arcelor Mittal, et président de Manufacturiers et exportateurs du Québec.

Il s’est également présenté pour le Parti libéral du Québec lors de l’élection partielle de 2017 dans Louis-Hébert. Il a toutefois été poussé à la démission après des allégations de harcèlement psychologique, selon des informations rapportées par La Presse à ce moment. En entrevue à Radio-Canada, Éric Tétrault avait reconnu ses torts, précisant du même souffle qu’aucune plainte formelle n’avait été retenue. Avec Jonathan Hudon