Éric Dubois était rassemblé en compagnie de son équipe, lundi soir, à la Voie Maltée de Chicoutimi. La députée de Jonquière pour le NPD, Karine Trudel, était notamment de la partie.

Éric Dubois dit mission accomplie

Pour Éric Dubois, les deux objectifs qu’il s’est lancés sont atteints. Le candidat du Nouveau Parti démocratique se dit fier de sa campagne, lui qui a récolté environ 8,7 % des votes.

Une ambiance de fête régnait à la Voie Maltée de Chicoutimi, alors qu’Éric Dubois et son équipe, dont Karine Trudel, attendaient patiemment le résultat de l’élection. Des bénévoles et plusieurs partisans étaient présents pour soutenir le candidat néo-démocrate.

« Mon premier objectif était de faire connaître des enjeux régionaux, mais aussi leurs solutions. Je crois qu’elles ne viendront pas d’Ottawa, elles ne viendront pas de Québec, elles vont venir de nous-mêmes. Moi, je voulais montrer qu’il y avait des solutions possibles et qu’il y a beaucoup de gens qui portent ces solutions-là, mais ils ont seulement besoin d’un coup de main pour les réaliser », a affirmé le candidat dans son entrevue avec le Quotidien. Il encourage Richard Martel à prendre ses idées.

Son deuxième objectif concernait son chef, Jagmeet Singh. Il voulait, avec sa campagne, le faire connaître à la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Ce soir, je peux dire mission accomplie, parce que les gens du Saguenay-Lac-Saint-Jean l’ont connu comme personne d’autre au Québec. Il était présent. Les gens veulent le connaître, je n’ai pas senti de la fermeture, mais bien de la curiosité », a souligné le candidat.

Il a aussi confirmé que ce ne serait que partie remise, et qu’il était très fier de sa campagne, qu’il considère positive. 

Son seul regret est le taux de participation (36%) qui est trop faible, selon lui.

Catherine Bouchard-Tremblay

UNE EXPÉRIENCE ENRICHISSANTE

À 25 ans, avec deux campagnes réalisées pour l’Option nationale, la candidate du Bloc québécois Catherine Bouchard-Tremblay trouve que c’est pendant celle-ci qu’elle a davantage appris, et qu’elle s’est le plus dépassée. Elle finit 4e avec 5,6 % des voix.

Le haut de la Tour à bière était réservé aux partisans du Bloc Québécois, où les résultats étaient projetés sur un écran géant. Une vingtaine de personnes festoyaient et épaulaient la jeune candidate, qui semblait, quant à elle, très calme.

« J’ai fait tout ce que j’avais à faire, tout ce que je pouvais faire. Je suis assez sereine là-dedans, vis-à-vis les résultats », a souligné Catherine Bouchard-Tremblay, lors de son entretien avec Le Quotidien.

« Mon objectif était de faire le mieux possible, et en ce sens, je voulais remobiliser et c’est ce que je suis allée faire », a-t-elle indiqué. 

Elle a dit avoir pris un grand plaisir à aller voir les gens. « C’était plaisant de ne pas avoir a expliqué c’est quoi mon parti. Le Bloc, c’est clair pour les partisans, les journalistes et les citoyens. » 

Même si elle n’était pas appuyée par les membres de l’exécutif régional de son parti, la candidate semble avoir apprécié son expérience au sein de son nouveau parti. 

+

LE PARTI VERT TERMINE AVEC 3,1% DES VOTES

Lynda Youde est très satisfaite de sa campagne, la qualifiant de rafraîchissante. Selon la candidate pour le Parti vert, elle a abordé les sujets que les autres candidats ont oublié. « J’ai parlé de développement durable, de l’avenir des jeunes, du développement Saguenay en lien avec l’économie durable, ce qui n’avait pas été fait par les autres », a assuré Mme Youde, qui a recueilli 3,1 % des votes. La chef du parti, Elizabeth May, aurait personnellement demandé à la candidate de se représenter. Une option, pour l’instant, qu’elle analyse.

+

UNE 96e ÉLECTION PERDUE

(Patricia Rainville) – John «The Engineer» Turmel, qui se présentait pour une 96e fois à une élection, a encore une fois perdu, lundi soir, lors de la partielle dans Chicoutimi-Le Fjord. Le candidat en série a réussi à récolter environ 0,5 % des votes.

L’homme de 67 ans, qui est né à Rouyn-Noranda, a commencé sa « carrière politique » en 1979 à l’élection fédérale ayant porté Joe Clark au pouvoir. Celui qui détient un record Guinness pour le plus grand nombre de candidatures à une élection se présentait comme indépendant dans Chicoutimi-Le Fjord.