Éoliennes Belle-Rivière: trop tard

Les promoteurs du projet d’éoliennes Belle-Rivière se retrouvent, à quelques mois du début prévu de la construction, face à un autre obstacle. L’autorisation de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) n’est plus valide puisque la construction n’a pas débuté dans un délai de trois ans.

L’autorisation devenait inopérante si la mise en chantier n’était pas lancée dans un délai maximal de trois ans. Selon la CPTAQ, « les conditions n’ont pas été réalisées dans les délais impartis ».

« Dans une lettre du 14 septembre 2018, Éoliennes Belle-Rivière inc. informe la Commission de l’état d’avancement du projet. La Commission estime que les points soulevés par la demanderesse ne donnent pas ouverture à une révision des décisions rendues puisqu’ils ne correspondent à aucune des situations prévues à l’article 18.6 de la Loi », peut-un lire dans un procès-verbal daté du 10 octobre 2018.

La Commission a informé la Coopérative Val-Éo qu’une nouvelle demande d’autorisation devra être soumise afin de réaliser le projet.

La Coopérative Val-Éo espère qu’il n’y aura pas de délais supplémentaires. « Il y a eu des démarches, cet été, pour s’assurer que nous interprétions bien l’avis. Selon notre interprétation, le délai de trois ans commençait au moment où nous avons fait une garantie bancaire à la CPTAQ, explique le directeur général de la Coopérative Val-Éo, Jean Lavoie. Dans le courant de l’année, nous avons reçu un avis voulant que le trois ans arrivait à échéance. Nous avons demandé une interprétation et nous avons reçu la réponse, la semaine dernière, jeudi », ajoute-t-il.

La Coopérative Val-Éo se retrouve devant l’obligation de présenter une nouvelle demande à la CPTAQ. Malgré cela, le directeur général a bon espoir d’être en mesure d’amorcer la construction, comme prévu, en 2019. M. Lavoie déplore le surplus de travail occasionné à cette période.

Une partie des fournisseurs de services est déjà informée du travail additionnel qui devra être fait par la Coopérative afin d’être en mesure d’amorcer, une bonne fois pour toutes, la construction du projet d’éoliennes Belle-Rivière. Certains producteurs qui sont directement touchés par le projet ont tous reçu l’avis de la CPTAQ.

Une rencontre d’information est prévue pour l’ensemble des membres le 12 novembre prochain.

Le projet d’éoliennes Belle-Rivière de la Coopérative Val-Éo n’en est pas à ses premiers accrocs, depuis son lancement, il y a une décennie.

Après avoir remporté l’appel d’offres en 2011, la production devait débuter en 2015.

Ensuite, la construction du projet devait débuter en 2016 avant d’être retardée à la saison estivale 2017.

En mai dernier, une résolution de contrôle intérimaire de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est a permis de modifier la hauteur maximale des éoliennes. Selon les dernières informations, la construction devait enfin débuter au printemps 2019.

Entre-temps, la Coopérative s’est retrouvée devant des pénalités de retard maximales de 480 000 $.