La mairesse de Saguenay, Josée Néron, lors de la présentation du projet d’amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi

Entrevue avec Josée Néron: l’année des grands projets

L’année 2019 de Josée Néron sera marquée par de grands projets d’infrastructure. Que ce soit à Chicoutimi, où se déroulera une vaste consultation sur un projet d’amphithéâtre de 80 M $, à Jonquière, où la promesse de la construction d’un centre multisport sur le boulevard René-Lévesque possède le potentiel de dynamiser un secteur jugé dévitalisé, ou encore à La Baie, où la Zone industrialo-portuaire s’apprête à devenir le moteur économique régional, la mairesse de Saguenay modifiera le visage de la ville pour plusieurs années.

Dans une entrevue téléphonique accordée au Quotidien au sujet de ses priorités pour 2019, la mairesse de Saguenay affirme entrevoir l’avenir de la ville avec optimisme.

Saguenay entreprend un projet pour réaménager le secteur de la Rivière-aux-Sables, à Jonquière.

« On a vu une relance en 2018. On entend continuer dans ce sens-là. Les grands projets doivent se concrétiser », laisse-t-elle tomber. Plusieurs projets structurants, selon Mme Néron, ont la capacité de faire de Saguenay un endroit moderne, plus attractif.

« C’est essentiel de faire de Saguenay un incontournable au niveau du choix de quelqu’un qui veut déménager au Québec. Que ce soit une ville attrayante du côté des infrastructures, mais également du côté sportif, culturel et économique », estime-t-elle.

Le sort de la bibliothèque de La Baie, et de l’église Saint-Édouard, devrait être fixé en 2019.

Parmi les priorités de 2019, l’amphithéâtre au centre-ville de Chicoutimi occupe une place centrale. « Le projet permet d’avoir un impact au niveau sportif et culturel, et permettrait de positionner Saguenay à l’avant-plan de la région », croit-elle.

Malgré tout, elle n’ira pas de l’avant sans l’aval de la population.

« On fait une consultation qui se veut réellement neutre. Ce qu’on veut entendre, c’est comment la population perçoit le projet. On veut aussi donner de l’information. J’ai eu l’occasion de présenter le projet, mais il y a encore énormément d’information à donner. Il y a encore beaucoup d’encre qui va couler sur ce projet-là, et c’est correct », indique la mairesse, élue en 2018, ajoutant que ce projet mérite d’être connu davantage.

Jonquière

À Jonquière, l’implantation d’un stade de soccer intérieur dans une zone commerciale qui bat parfois de l’aile devrait donner un coup de pouce à l’arrondissement.

À la suite d’une fermeture inopinée du vieillissant centre Georges-Vézina, le dossier de la construction d’un nouvel amphithéâtre à Chicoutimi s’est retrouvé au sommet des priorités de la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

« La décision de mettre le centre multisport dans un secteur qui était délaissé depuis plusieurs années a déjà amorcé un mouvement. Ça démontre jusqu’à quel point une Ville, par ses choix de positionnement, peut vraiment relancer des secteurs », pense Mme Néron.

Toujours dans l’optique de créer des projets qui ont des retombées positives dans un secteur, Josée Néron veut aussi s’attaquer à la dynamisation du centre-ville de Jonquière. Sans avoir l’ampleur de la consultation sur l’amphithéâtre, Saguenay entend mener un sondage avec les acteurs qui gravitent autour de la rue Saint-Dominique pour trouver une nouvelle vocation à la place Nikitoutagan, près du parc de la Rivière-aux-Sables.

« C’est pas juste un rafraîchissement. Ce qu’on désire, c’est un réaménagement du site, pour que ça crée un effet boule de neige dans le secteur. On aimerait créer une place qui va répondre à tous les acteurs du milieu », lance la mairesse.

La Baie

Si les grands projets industriels baieriverains font fréquemment la manchette, le sort de certains autres dossiers devrait être fixé en 2019. On devrait connaître ce qui adviendra de la bibliothèque de La Baie, désuète depuis plusieurs années, et du projet de la déménager dans l’église Saint-Édouard.

« En ce moment, il y a des études qui sont en train de se faire pour voir si on peut la faire à l’intérieur de l’église, ou si ça doit être fait ailleurs. [...] Tous les scénarios sont sur la table, et on veut éplucher le dossier pour prendre la meilleure décision. »

Le développement de l’aéroport Saguenay-Bagotville pourrait aussi générer de nouvelles possibilités économiques, notamment pour l’industrie touristique. « D’avoir un aéroport qui nous permette éventuellement d’avoir des douanes, ça nous légitime de plancher sur une offre de forfait qui nous permettrait d’amener des touristes », précise Josée Néron.

Saguenay planche sur un projet d’amphithéâtre et d’autogare de 700 espaces de stationnement, au centre-ville de Chicoutimi.

+

VIVRE AVEC L'OPPOSITION

Implantation des bacs bruns, augmentation du salaire des conseillers, augmentation des taxes municipales... Dans la dernière année, plusieurs dossiers ont mené à la création de groupes d’opposition plus ou moins formels, qui remettent en question les choix politiques de la mairesse et des conseillers de Saguenay.

Josée Néron voit dans ces groupes qui s’expriment sur la place publique l’illustration d’une saine démocratie. « Les gens ont le droit de s’exprimer. On est là pour entendre, pour voir de quelle manière on peut améliorer les choses », pense la mairesse de Saguenay.

Le candidat défait à la mairie et chef du Parti des citoyens de Saguenay, Dominic Gagnon, et la présidente de l’Association des contribuables de Saguenay, Mélanie Boucher, assument chacun à leur manière un rôle d’opposition politique. Questionnée sur leur apport aux décisions que prend l’administration, la mairesse de Saguenay souligne, encore une fois, leur droit d’émettre un point de vue.

« Je suis là pour les entendre. S’ils ont des questions, j’y réponds. Mais vous me connaissez, je ne suis pas le genre qui tombe dans les attaques personnelles. La population de Saguenay a été très claire en 2017. Elle a mis à la porte ce genre de façon de faire de la politique et de dénigrer les gens », répond-elle, après une courte hésitation et sans nommer personne.

Bien que des personnes expriment leur mécontentement, selon Josée Néron, la majorité des citoyens saisissent le bien-fondé des décisions prises par le conseil de ville et les appuient. « Les gens comprennent que le conseil, son rôle, c’est de bien gérer les finances publiques pour assainir ces finances-là », ajoute-t-elle, avec confiance.

Médias sociaux

Si la majorité des groupes d’opposition restent dans les limites de l’acceptable, on remarque certains dérapages relatifs aux positions impopulaires des élus sur les médias sociaux. 

Josée Néron affirme ne plus gérer elle-même les comptes qu’elle possède sur les médias sociaux, des membres de son cabinet s’en chargeant. La mairesse est cependant au courant de tout ce qui circule à son sujet et qui l’attaque parfois très durement.

« La population, ce qu’elle veut, ce n’est pas que je gère des médias sociaux, mais que je gère une ville », indique-t-elle, ajoutant ne pas se laisser abattre par le langage parfois ordurier ou encore par les portraits peu flatteurs d’elle qui sont partagés par certains citoyens.

+

CE QUE LA MAIRESSE A DIT SUR...

Le déneigement

« Le mot d’ordre c’est : on en a besoin, on sort. »

L’augmentation de taxes du dernier budget
« Les gens me disent : ‘‘Josée, l’augmentation de taxes, il fallait s’y attendre’’. On le savait que ça ne tenait pas la route le discours de l’ex-maire [Jean Tremblay]. »

Une de ses plus grandes fiertés de 2018

« Une des grandes réalisations du conseil, c’est la refonte du règlement intérieur. [Elle] a permis de redonner au conseil les pouvoirs qui, lorsqu’on veut qu’une démocratie fonctionne sainement, doivent être dévolus au conseil. »

Son leadership

« J’ai un leadership participatif. Ce conseil-là travaille ensemble. »

Son rôle de présidente de Promotion Saguenay

« Quand je vais sentir que c’est le temps, je vais céder ma place. »

La taxation des barrages

« Loin de moi l’idée de partir en guerre contre qui que ce soit, mais c’est un dossier qui mérite d’être étudié. »