Le Cégep de Chicoutimi s’est associé à l’entreprise Escaparium pour sa journée portes ouvertes.

Engouement pour un jeu d'évasion au Cégep de Chicoutimi

L’engouement pour les jeux d’évasion s’est déplacé au Cégep de Chicoutimi, samedi, qui a frappé un grand coup en s’associant à l’entreprise Escaparium pour faire connaître ses programmes d'études lors de sa journée portes ouvertes.

Avec un scénario d’évasion inédit, intitulé « L’énigmatique disparition du chanoine Laliberté », le cégep a rendu hommage à son premier directeur. Le jeu se déroulait dans les catacombes de l’établissement collégial, un lieu mythique pour quiconque a fréquenté l’endroit.

Les énigmes que les participants devaient résoudre, afin de sortir de la pièce dans laquelle ils étaient enfermés, tournaient autour de l’histoire du cégep et de ses programmes d’études. Selon le directeur des communications du Cégep de Chicoutimi, Éric Émond, la demande pour l’activité a dépassé les prévisions des organisateurs.

«Le jeu a connu un succès qui dépasse nos attentes. Beaucoup de personnes ont démontré leur intérêt. Très rapidement, on a manqué de place et on n’a malheureusement pas été capable d’accueillir tous ceux qui voulaient participer», a expliqué M. Émond.

La direction du cégep, qui pensait attirer une dizaine d’équipes, a même dû ajouter quelques plages horaires pour satisfaire le plus de gens possible. «L’activité d’Escaparium dure plus longtemps que les portes ouvertes du Cégep», a fait valoir Éric Émond.

Un comédien, déguisé en chanoine Laliberté, accompagne les participants vers les Catacombes.

Le jeu, qui devait être terminé à l’intérieur de 30 minutes, était offert gratuitement. Douze équipes en tout ont pu tenter leur chance samedi.

Se démarquer

Ce coup de publicité a été un moyen pour le Cégep de Chicoutimi de se démarquer des autres établissements collégiaux qui cherchent tous à attirer de nouveaux étudiants.

«Vous savez des journées portes ouvertes, il y en a beaucoup. Seulement aujourd’hui, il doit y a avoir trois ou quatre événements comme le nôtre, qui sont tout aussi intéressant. On a essayé d’avoir un produit d’appel, d’avoir quelque chose qui pourrait inciter les gens à venir nous visiter», a affirmé M. Émond.

Malgré ce succès, il est trop tôt pour dire si le Cégep de Chicoutimi répétera l’expérience dans les prochaines années.

Si le bilan officiel de la journée portes ouvertes n’était pas encore connu lors du passage du Quotidien, les organisateurs étaient heureux de l’achalandage et de l’intérêt des étudiants envers les programmes du cégep.

«On a beaucoup de gens de l’extérieur de la région, a précisé Éric Émond. Beaucoup de personnes partent de Montréal et même de Gatineau. Certains programmes attirent les gens de l’extérieur. Le Centre québécois de formation aéronautique intéresse beaucoup les nouveaux étudiants.»

Les équipes avaient trente minutes pour s’évader.