Enfants laissés à eux-mêmes: le DPCP recevra le dossier de la SPS

Les enquêteurs du Service de police de Saguenay devraient soumettre, dans les jours ou les semaines à venir, le dossier des trois enfants laissés à eux-mêmes à La Baie au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). Des accusations criminelles pourraient être déposées.

Un peu moins de 24 heures après l’intervention policière survenue lundi dans un logement baieriverain en lien avec trois enfants de 4, 11 et 14 ans qui venaient de passer le long congé de la fête du Canada seuls à la maison, l’enquête policière tire à sa fin.

« Lorsque le dossier sera complété, il sera soumis au DPCP pour analyse. Ce sera au procureur saisi de l’affaire de déterminer si des accusations criminelles doivent être portées », a expliqué Bruno Cormier, porte-parole du Service de police de Saguenay (SPS), lorsqu’interrogé sur la suite des événements.

La mère des enfants et/ou son conjoint pourraient alors être accusés de négligence et/ou d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à l’existence d’une personne de moins de 16 ans. Si l’accusation est criminelle, la peine maximale est de cinq ans, alors qu’elle pourrait être de 18 mois ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 5000 $ pour une infraction sommaire. Il n’y a pas de peine minimale.

Laissés seuls

Il faut se souvenir que des citoyens de La Baie ont communiqué avec les policiers de Saguenay, le dimanche 30 juin, pour leur signaler que trois enfants avaient été laissés à eux-mêmes durant plusieurs jours.

La mère de 35 ans et son conjoint auraient quitté la résidence vendredi après-midi et auraient avisé les enfants qu’ils reviendraient le dimanche 30 juin. Mais la femme a rappelé l’aîné de la famille à l’effet que le retour ne se ferait que le lundi.

Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, les enfants n’avaient rien à manger et le plus jeune n’avait même pas de vêtements pour se changer.

Une policière qui s’est rendue sur place est retournée chez elle pour prendre des vêtements de son propre enfant afin d’habiller le bambin de quatre ans.

Les policiers n’ont pas déterminé si les enfants étaient en bonne ou en mauvaise santé au moment où ils sont intervenus, mais le Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) a été appelé à intervenir immédiatement.

L’organisme gouvernemental a été en mesure de trouver une famille d’accueil en attendant la suite des choses dans ce triste événement.