Gabriel Paquette a quitté l’île d’Orléans pour Bagotville, où il participera au camp de l’aviation durant les trois prochaines semaines.

Encore plus de cadets débarquent à Bagotville

La popularité pour les camps de cadets ne se dément pas, même après 50 ans. Lundi, les 784 premiers jeunes sont débarqués à l’aréna de la base militaire de Bagotville, en vue de participer aux différents camps de l’aviation et de la marine. Ils seront 1700 à s’y installer au cours de l’été.

Visiblement, les camps de cadets attirent autant les jeunes, à voir tous ces adolescents des quatre coins du Québec sortir des autobus qui les menaient à leur lieu de résidence pour les deux, trois ou six prochaines semaines. Disciplinés, ils attendaient leur tour pour passer par les différentes étapes de leur inscription.

Béatrice Lacasse fera son quatrième camp cette année.

« Chaque année, nous sommes à pleine capacité. Ça fait 50 ans cette année qu’il y a le camp à Bagotville et il y a toujours autant d’inscriptions », a affirmé Maxime Legault, représentant des affaires publiques pour le camp de cadets de Bagotville.

Pour les jeunes, participer à ce genre de camp leur permet de devenir plus autonomes et disciplinés. Béatrice Lacasse, de Bellechasse, en est à son quatrième camp à Bagotville. La jeune fille de 16 ans participera à une formation de voile durant six semaines.

Disciplinés, les jeunes attendaient pour passer les différentes étapes de leur inscription.

« Au fil des années, j’ai vraiment appris à devenir disciplinée et je crois que ça fait de nous de meilleurs adultes, car le camp nous permet de grandir », a souligné Béatrice Lacasse, qui se souvient de son arrivée à Bagotville, il y a quatre ans. « C’est sûr que lorsqu’on arrive à 12 ans, c’est un peu stressant, mais on s’y fait rapidement et on a du plaisir », a ajouté l’adolescente, qui aimerait, plus tard, travailler dans le domaine du travail social ou en cinéma.

De son côté, Gabriel Paquette en sera à sa première expérience. À 14 ans, il s’est inscrit au camp de trois semaines de l’aviation. Tout sourire, il se disait impatient de participer aux formations de survie en forêt. Le jeune homme de l’île d’Orléans avait entendu parler du camp par des amis. « Je me suis dit que ça avait l’air le fun ! », a lancé le jeune.

Cet été, 1700 cadets convergeront vers Bagotville.

Les filles sont de plus en plus nombreuses à s’inscrire aux camps, surtout dans la marine, où la parité est enregistrée. Du côté de l’aviation, les garçons sont plus nombreux, mais entre 35 % et 45 % des jeunes sont des filles. Notons que les filles ont pu s’inscrire aux camps pour la première fois en 1975, alors que les activités ont débuté en 1969.

Durant l’été, les jeunes pourront apprendre à manier la voile, notamment dans le secteur de l’anse à Benjamin, à La Baie, où les tentes ont déjà été aménagées pour accueillir les cadets. Des initiations à la survie en forêt se dérouleront sous plusieurs formes, que ce soit sur terre ou à l’eau.

Les jeunes pourront s’initier à la voile, notamment à l’anse à Benjamin, où des tentes ont été aménagées pour accueillir les cadets.

Uniformes

Les uniformes des cadets pourraient être rafraîchis, au cours des prochaines années. Le projet est sur la table, puisque les uniformes de cadets de la marine et de l’aviation n’ont pas été touchés depuis belle lurette.

Maxime Legault explique que la popularité pour les camps de cadets ne s’essouffle pas, même après 50 ans.