Après une première nuit à Pointe-au-Pic, les étudiants du Centre de formation professionnelle d’Arvida visiteront leur lieu de travail et de stage jeudi matin.

En route vers le G7

Une brigade de 25 aides-cuisiniers et pâtissiers a quitté le Centre de formation professionnelle d’Arvida, mercredi midi, afin de prendre part à un stage d’étude rémunéré très particulier. Ils se joignent à l’équipe du Fairmont Manoir Richelieu jusqu’au 12 juin prochain afin de préparer les 30 000 repas par jour qui seront servis aux participants et dignitaires du Sommet du G7.

Garçons et filles originaires d’un peu partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean ont embarqué à bord d’un autobus nolisé par la chaîne hôtelière. Leur tâche d’ici le 12 juin sera d’effectuer la préparation d’aliments dans les cuisines du Manoir. Ils seront à l’œuvre sur des quarts de travail d’au moins huit heures sous la direction d’une quinzaine de chefs ou sous-chefs, ainsi que 80 autres cuisiniers ou aides-cuisiniers affairés à préparer des repas 24 heures par jour, explique Carl Dumas, directeur adjoint du CFP d’Arvida.

Dès leur présence devant l’autobus, le responsable du Fairmont a prévenu les étudiants du sérieux de leur engagement. Il les a avertis que l’accès à Internet est possible au Manoir avec leur appareil cellulaire, mais que toutes les communications sont susceptibles d’être interceptées. Aucune tolérance ne sera acceptée pour ceux qui seraient tentés de prendre des photos à l’intérieur ou de tenir des propos disgracieux par voies électroniques, a averti le responsable, à défaut de quoi l’expulsion de la zone rouge sera immédiate.

M. Dumas a mentionné que le CFP d’Arvida est la seule école de cuisine au Québec à envoyer des étudiants au Manoir pendant le G7. « Ils sont considérés comme membres à part entière du Manoir. Ils sont habillés, logés à la Maison Le Tremplin et nourris aux frais de Fairmont. Ils seront payés au taux horaire de 12,81 $ pour effectuer des tâches de cuisiniers en banquets, monter les repas, préparer les déjeuners. Il est prévu qu’ils feront 120 heures en dix jours avec une pointe de travail prévue les 7, 8 et 9 juin », précise M. Dumas. Selon lui, la participation des étudiants est une bénédiction pour le Manoir en raison de la pénurie de main-d’œuvre.

Pour le CFP d’Arvida, il s’agit, selon lui, de la plus belle carte de visite qui pouvait s’offrir. « C’est plaisant que ce soit à Jonquière. J’ai monté le dossier pour que les étudiants vivent une expérience hors du commun et elle le sera » a indiqué M. Dumas.

Carl Dumas, directeur adjoint du CFP d’Arvida, a donné les dernières consignes aux étudiants en cuisine et pâtisserie.

Lors de la rencontre de départ devant ses étudiants, M. Dumas a rappelé aux stagiaires qu’ils seraient des ambassadeurs du CFP et de la commission scolaire, d’où l’importance d’être impeccables dans leur travail et leur comportement.

Il a mis en lumière le fait que leur participation à cet événement d’envergure internationale dans la zone rouge, où même les journalistes n’ont pas accès, représente un événement unique dans leur carrière.

Mélina Gagné, finissante en cuisine, est consciente qu’elle vivra une expérience de stage unique jusqu’au 12 juin.

« Expérience unique »
Mélina Gagné, une finissante en cuisine, reconnaît qu’elle a de la chance. « C’est certain que je suis contente. Ça va me donner une expérience unique dans le cadre d’un très gros événement. Lorsqu’on a su qu’on pourrait participer à ce stage, tout le monde a levé la main », explique la cuistot en herbe.