Le travail à la maison a été adopté par bon nombre d’entreprises.
Le travail à la maison a été adopté par bon nombre d’entreprises.

En mode télétravail: entre mythes et réalité

La pandémie de COVID-19 et le confinement auront forcé bien des entreprises à adopter le travail à distance en un temps record, tout en n’étant pas nécessairement outillées ou à l’aise avec cette nouvelle façon de faire. Pour aider les entreprises à s’adapter efficacement, puisque plusieurs poursuivront dans cette voie même lorsque la pandémie sera chose du passé, Mastera – Formation continue, du Cégep de Jonquière, a préparé deux formations sur la gestion et les stratégies collaboratives à distance. Le Quotidien s’est entretenu avec le formateur Marc Tremblay, président fondateur de l’Agence SAT et expert en la matière, qui abordera notamment les pièges à éviter, les attitudes à adopter et les mythes à déboulonner.

La clé du succès, selon Marc Tremblay, passe par la formation, la communication et la planification.

« Un mauvais gestionnaire en personne sera également un mauvais gestionnaire à distance. Et un employé incompétent au bureau le sera aussi en travail à distance », note Marc Tremblay, qui a adopté le télétravail il y a de nombreuses années pour répondre aux besoins de ses employés et pour éviter bien des pertes de temps.

Le leadership et la planification d’un gestionnaire sont primordiaux pour que le travail soit efficace et, si elle est bien implantée, la méthode de travail à distance peut avoir des avantages sociaux et économiques, tout en répondant aux besoins d’une plus grande proportion de travailleurs, notamment ceux à mobilité réduite.

« Le premier mythe que nous entendons, c’est concernant l’efficacité et le rendement d’un employé. Mais si cet employé est bien encadré, même s’il n’est pas devant son ordinateur de 9h à 17h, le rendement sera le même et peut-être même plus. Certains télétravailleurs préfèrent travailler le soir, même de nuit, alors qu’en journée, c’est plus difficile. Si l’entreprise se tourne vers des moyens de planification efficaces et communique régulièrement avec ses employés, il y a de grandes chances pour que le rendement et la motivation soient au rendez-vous », souligne Marc Tremblay.

D’ailleurs, la présentation de logiciels et d’outils de planification sera au programme des formations offertes par Mastera, puisque bon nombre d’employeurs se tournent vers des outils inefficaces ou des tutoriels douteux dénichés sur Internet.

Le travail à la maison a été adopté par bon nombre d’entreprises.

Un contact constant

Pour Marc Tremblay, il est important qu’un patron entre en contact régulièrement avec son employé. « En personne, le patron exerce une présence physique, il peut voir comment ça se passe, si l’employé travaille ! À distance, c’est un peu plus difficile, mais il y a une foule de moyens de communiquer et de planifier des rencontres de groupe, de même que des programmes d’organisation de travail pour que tous les employés se sentent encadrés et soutenus. Je conseille souvent aux employeurs d’exercer de plus courtes présences. Par exemple, s’informer de comment ça va, souhaiter une bonne journée, etc. Mais si l’entreprise était mal gérée au bureau, il y a des risques que ce soit pire à distance si les gestionnaires ne s’adaptent pas », a expliqué Marc Tremblay.

Pour l’expert, le travail à distance n’est pas une pilule miracle, mais s’il est bien implanté, il risque de plaire à une grande partie des employés. La formule hybride, soit une partie au bureau et une autre à la maison, risque également d’être privilégiée dans les années futures.

« Je dirais que les extravertis trouvent ça plus difficile ! Pour certains, les besoins sociaux sont énormes. Mais pour d’autres, le travail à distance est moins anxiogène et certains sont plus à l’aise de communiquer par message ou courriel. Les possibilités sont infinies et l’accès à l’emploi augmenté. J’emploie des gens en situation de handicap ou ayant une condition personnelle qui ne leur permettrait pas de travailler en bureau, mais qui sont absolument compétents et efficaces », note M. Tremblay.

Le danger d’être toujours branchés

Le danger du travail à distance pour les employés ? L’extra présence. « Certains travaillent moins, mais toujours. Par exemple, il est conseillé de se débrancher du travail durant certaines périodes de la journée, pour ne pas avoir toujours la tête au boulot. Avec les moyens technologiques, le piège de toujours travailler est là », note l’expert.

Il conseille aussi aux gestionnaires d’organiser des rencontres en personne au moins une fois par mois (lorsque le contexte actuel le permettra), pour faire des bilans et se tenir à l’affût des besoins et des questionnements des employés.

Formations Mastera

Un avant-goût de ces formations sera présenté aux entreprises dans le cadre des Rendez-vous Formations de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, jeudi à 10 h. La conférence, « Bien gérer le travail à distance : une question d’efficacité, de satisfaction et d’inclusivité », permettra de lever le voile sur une réalité à laquelle bien des entreprises font face actuellement.

La conférence sera présentée sous forme d’échanges virtuels au cours desquels les représentants des entreprises pourront poser leurs questions relativement au travail à distance. Les dirigeants, gestionnaires, chargés de projet ou responsables des ressources humaines peuvent s’inscrire en ligne gratuitement à cette adresse : www.ccisf.ca/evenements.