Les modèles de voitures électriques sont variés. Ce modèle Tesla a fait tourner bien des têtes, en plus d'en faire rêver plus d'un.

En apprendre plus sur les voitures électriques

Les propriétaires de voitures électriques s'étaient donné rendez-vous dans le stationnement de la station touristique de Chicoutimi, tout au long de la journée de samedi, pour discuter de leurs réalités au volant de ces véhicules dépourvues de moteur et de réservoir à essence.
La Tesla Model S 85 de Claude Gauthier.

La deuxième édition de l'événement a été organisé par l’Association des véhicules électriques du Québec (AVÉQ). L'an dernier, ce même rendez-vous était à Saint-Bruno. Son directeur régional, Claude Gauthier, lui-même propriétaire d’un modèle Tesla, est passionné de ces nouveaux véhicules. Il a rappelé que les essais gratuits sont offerts par les propriétaires, ce qui n’engage en rien les personnes intéressées.

«On veut que les gens viennent nous voir et qu’ils nous posent des questions, a mentionné M. Gauthier. On veut démystifier le sujet des voitures électriques parce qu’il y a beaucoup d’informations qui se partagent, mais qui ne sont pas toujours correctes. Les gens peuvent venir poser leurs questions et ils vont pouvoir se faire leur propre idée.»

Parmi les mythes que Claude Gauthier veut faire tomber, celui de l’autonomie est probablement le plus répandu. Les voitures électriques modernes peuvent parcourir plus de 200 kilomètres avant d’être «à plat», alors que selon les chiffres soulevés par M. Gauthier, seulement 11 pour cent de la population régionale parcourt plus de 30 kilomètres par jour pour se rendre au travail.

Claude Gauthier est le directeur régional de l'Association des voitures électriques du Québec.

Le directeur régional de l’AVÉQ a convenu que le prix d’achat d’une voiture électrique était plus élevé qu’un véhicule à essence, mais les économies subséquentes sont à prendre en considération.

«Pour faire 20 000 km, je dois mettre entre 250 et 300 $ d’électricité, a-t-il soulevé. Mettez le même montant en essence, je ne suis pas certain que vous allez faire la même distance.»

Au-delà du virage vert qui vient avec l’achat d’une voiture électrique, l’expérience au volant est ce qui marque le plus Claude Gauthier. 

«L’auto électrique a beaucoup de puissance de couple, les arrêts et départs sont beaucoup plus efficaces, sans parler de l’absence de bruit à l’intérieur du véhicule, a-t-il énuméré.

On compte environ 350 voitures électriques sur les routes du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cinq bornes à recharge rapide (400 volts), jalonnent le territoire, en plus des autres bornes de 240 volts.

L'intérieur de la voiture Tesla Model S 85 est spacieux et luxueux.

Conduite agréable

Il y environ un an, notre chroniqueur Roger Blackburn avait écrit une chronique sur son expérience au volant d'une Tesla, la voiture de luxe entièrement électrique.

Samedi avant-midi, l’auteur de ces lignes a également eu la chance de goûter au sentiment de piloter la Model S 85 2015 de la Tesla de Claude Gauthier. Une petite virée sur l’Autoroute de l’aluminium a permis de constater la tenue de route irréprochable et la vitesse d’accélération efficace et surprenante d’un véhicule propulsé entièrement à l’électricité.

À l'instar de Roger Blackburn l'an dernier, le journaliste Jonathan Hudon a pu monter à bord de la Tesla de Claude Gauthier, sous le regard attentif de ce denier!