Élève contraint d’aller à l’école malgré l’isolement de sa famille: les inquiétudes se concrétisent

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Cynthia Hovington, une mère de la région dont le jeune était contraint d’aller à l’école malgré le fait que le reste de sa famille était placé en isolement, a reçu une bien mauvaise nouvelle, mercredi. Deux des quatre personnes testées sous son toit sont déclarées positives à la COVID-19, ce qui fait que son fils de 13 ans devra finalement rester à la maison, lui aussi.

Cette fois, la Santé publique et l’école n’avaient plus le choix. Le jeune doit être confiné et testé, et poursuivra ses cours à distance, de façon virtuelle.

Plus tôt cette semaine, les avertissements de la mère étaient restés vains, les autorités jugeant le risque de dangerosité trop faible dans le cas de son jeune pour qu’il soit testé et isolé.

C’est que le jour de l’Halloween, il était le seul des cinq membres de la maisonnée à ne pas avoir été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19.

Cynthia Hovington avait pu garder son plus jeune fils à la maison, mais n’avait pas eu le choix d’envoyer le deuxième à l’école, puisque l’établissement refusait de lui offrir les cours en ligne à ce moment.

Un casse-tête

Puisque le confinement n’a pas débuté en même temps pour tout le monde dans la maison, la situation impliquera beaucoup de logistique pour Cynthia Hovington dans les prochaines semaines.

« Il a fallu faire deux salles de bain, une pour ceux atteints de la COVID-19, une pour ceux qui ne le sont pas, on ne mange pas ensemble, on a des horaires différents. Je vous dirais que tout a changé depuis hier (mardi). »

La Santé publique lui a par ailleurs signifié que les gens de la classe de son fils n’auraient pas à se faire tester. Ce avec quoi elle ne se dit « pas d’accord ».