Les électeurs ont rencontré, jeudi, le candidat du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Jonquière, Vincent Garneau, et le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne.

Vincent Garneau rencontre les citoyens

Présenté officiellement comme candidat du Parti libéral du Canada dans la circonscription de Jonquière, vendredi dernier, Vincent Garneau a rencontré une dizaine de personnes, jeudi, au restaurant Le Barillet de Jonquière. L’événement public de type 5 à 7 qui se déroulait en compagnie de membres de sa famille, de partisans et du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, lui a permis de présenter sa feuille de route professionnelle et ce qu’il compte offrir aux électeurs de la circonscription. Le conseiller municipal de Saguenay, Marc Pettersen, participait lui aussi à l’événement.

Même s’il a quitté la région après ses études collégiales au Cégep de Saint-Félicien, à l’âge de 18 ans, Vincent Garneau rejette l’affirmation voulant qu’il soit un candidat parachuté dans la circonscription de Jonquière. « J’ai un plan et je ne me laisse pas décourager par ces commentaires. Moi, je veux être ici pour les citoyens, je veux les représenter et qu’ils aient quelqu’un, pour eux, au gouvernement », a confié celui qui effectue un retour en région.

M. Garneau est d’avis que ses compétences et les divers dossiers qu’il a pilotés serviront la circonscription. Le gouvernement libéral est le seul, selon lui, qui peut assurer le maintien des emplois du centre fiscal de Jonquière qui seraient menacés par une seule déclaration de revenus.

Celui qui a travaillé pendant près de quatre ans avec la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, notamment à titre de chef de cabinet et de conseiller principal pour les relations Canada-États-Unis aspire à être la voix des citoyens de Jonquière. Il affirme vouloir maintenant « travailler » directement auprès des gens.

M. Garneau a démissionné de ses fonctions au cabinet de Chrystia Freeland à Ottawa le 18 septembre dernier. Depuis près d’une semaine, il rencontre les contribuables de la circonscription d’environ 90 000 électeurs.

Le ministre François-Philippe Champagne l’a présenté comme un homme d’exception. « Beaucoup de comtés au Québec aimeraient avoir un Vincent Garneau dans leur équipe. Tout le monde le voulait, on a attendu, on a attendu, on a attendu, à qui on allait l’offrir ? Et on vous l’a offert à Jonquière. Les meilleurs, on les garde pour la fin », a-t-il mentionné avec une pointe d’humour.