Andrew Scheer a fait un bain de foule à Alma, mercredi.

Scheer, plus populaire que jamais à Alma

Andrew Scheer n’a jamais été aussi populaire au Lac-Saint-Jean. Le chef conservateur a fait un étonnant bain de foule à la Justin Trudeau, mercredi, au bar-restaurant Chez Mario Tremblay d’Alma. Égoportraits, poignées de main, accolades, pluie d’applaudissements. Des dizaines de Jeannois l’attendaient dans ce restaurant du centre-ville.

« C’est le premier chef à se déplacer dans la région depuis le début de la campagne », a salué son candidat, Jocelyn Fradette, suivi de cris d’encouragement dirigés vers le chef.

Le principal intéressé s’est prêté au jeu, prenant le temps de discuter avec les gens. Des agriculteurs, des élus, des retraités et des gens d’affaires participaient à l’événement. 

La popularité du chef au Lac-Saint-Jean n’est peut-être pas étrangère à l’équipe qui mène cette campagne. Le codirecteur, qui était son chef de cabinet avant le déclenchement des élections, Marc-André Leclerc, et l’attachée de presse du chef, Virginie Bonneau, sont originaires de Roberval et Dolbeau-Mistassini respectivement. Les conservateurs jouissent en effet d’une importante base de militants depuis l’élection de Denis Lebel en 2007.

« On a des Bleuets d’expérience sur notre équipe. Marc-André est avec moi depuis l’élection à la chefferie. Je tenais aussi à m’entourer de gens de région, car ça nous donne une meilleure perspective des enjeux auxquels font face les Québécois. Il y a des différences entre les grandes villes et les régions, alors c’est excellent pour moi d’avoir des gens qui peuvent me conseiller sur le Québec dans son ensemble », commente le chef conservateur, quelques minutes avant de remonter dans son autobus en direction de Québec.

Le bain de foule aura permis à l’équipe de faire le plein d’énergie. Le chef n’a pas caché son appréciation face à l’accueil chaleureux qui lui a été réservé. 

« C’est clair que le vent est avec nous. Nous avons une équipe de candidats extraordinaires. Ils travaillent fort, font du porte-à-porte depuis longtemps. Le terrain est favorable aux conservateurs, en ce moment. Mais je ne tiens rien pour acquis. »

Un ministre pour la région ? Le chef ne promet rien sur l’avenir politique de Richard Martel, Philippe Gagnon ou Jocelyn Fradette s’ils sont élus le 21 octobre prochain. 

« C’est clair que nous avons des candidats qui ont une expérience extraordinaire. Des candidats qui vont jouer un rôle très important dans notre gouvernement si nous sommes élus. Mais je ne fais aucune promesse aux députés. Je peux vous assurer toutefois que la région sera très bien représentée dans notre gouvernement. »

+

POUR DES MAISONS ÉCOLOS

À l’instar des libéraux, les conservateurs ont également profité de la semaine du Climat pour présenter leur mesure pour encourager les habitations écoresponsables. S’il est élu le 21 octobre prochain, Andrew Scheer mettra en place un crédit d’impôt de 20 % pour les rénovations résidentielles visant l’efficacité énergétique. Les projets devront être de plus de 1000 $, jusqu’à concurrence de 20 000 $. 

Le chef conservateur en a fait l’annonce mercredi, à la quincaillerie Potvin & Bouchard de Jonquière.

« Aucun plan environnemental n’est complet sans des mesures sérieuses pour lutter contre les émissions des bâtiments. Notre crédit d’impôt va aider à réduire ces émissions et à lutter contre les changements climatiques, tout en mettant plus d’argent dans les poches des Canadiens pour qu’ils puissent améliorer leur quotidien », a exprimé le chef.

« C’est un plan réaliste qui établit un équilibre entre l’obligation du Canada de lutter contre les changements climatiques et la promesse fondamentale des conservateurs de mettre plus d’argent dans les poches des Canadiens pour qu’ils puissent améliorer leur quotidien. »

Les libéraux ont également présenté une mesure qui vise le même objectif, mais l’aide se traduit par un prêt sans intérêt allant jusqu’à 40 000 $.

Le chef conservateur a critiqué une fois de plus le plan en environnement de Justin Trudeau, estimant que le sien est plus « réaliste ». 

« La soi-disant politique environnementale phare de Justin Trudeau n’est en réalité pas une politique environnementale. Sa taxe sur le carbone donne un répit aux gros pollueurs et punit les Canadiens parce qu’ils se rendent au travail et chauffent leur maison », a mentionné Andrew Scheer, confirmant une fois de plus son intention d’abolir la taxe carbone 

La mesure présentée mercredi à Jonquière fait partie du plan en environnement des conservateurs, contenant 55 mesures. Le crédit d’impôt permettrait, selon la formation politique, de réduire les émissions de gaz a effet de serre de neuf mégatonnes.

AbonnezvousBarometre
En compagnie de ses candidats et de l’ancien ministre Jean-Pierre Blackburn, Andrew Scheer a annoncé les grandes lignes de son crédit d’impôt à la rénovation écologique, mercredi, à Jonquière.

+

UN COUP DE MAIN DE JEAN-PIERRE BLACKBURN

Jean-Pierre Blackburn prête main-forte aux troupes d’Andrew Scheer. L’ancien ministre et ancien candidat à la mairie de Saguenay a accompagné, mercredi, le chef et les candidats conservateurs dans leur tournée régionale. « C’est ma famille !, lance d’emblée l’ancien député de Jonquière. Je suis content de pouvoir être là et de donner humblement des conseils à ceux qui veulent les entendre », répond celui qui a également accompagné le candidat dans Jonquière, Philippe Gagnon, dans quelques activités de campagne.

Un saut dans la campagne qui ne lui donne cependant pas envie de refaire de la politique active. « J’aime ce que je vois dans le parti, le programme. Les candidats ont du talent et des idées. Je suis simplement content de donner de l’aide s’ils en ont besoin. Mais je ne veux pas me relancer en politique. » Et le siège de conseiller à Jonquière, qui sera bientôt vacant, ne semble pas l’intéresser. 

« Je suis maintenant à la retraite. Je suis encore de près ce qui se passe. Mais la politique, aujourd’hui, c’est difficile. Les gens doivent être prêts à affronter des critiques qui peuvent être décapantes », constate l’ancien ministre.

+

QCRAIL: LA PATATE CHAUDE DE LA CAMPAGNE

Décrié par le milieu industriel et les élus de Saguenay, le projet de QcRail pourrait bien servir de patate chaude autant aux conservateurs qu’aux libéraux. Andrew Scheer n’a pas été en mesure de prendre position sur cette future voie ferrée de 370 kilomètres qui relierait Dolbeau-Mistassini à Baie-Comeau. Le gouvernement de Justin Trudeau, rappelons-le, a récemment confirmé une aide de 7,5 millions $ au projet pour l’étude de faisabilité. Le candidat libéral dans Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a applaudi cette aide qui touche directement sa circonscription. L’annonce a été rapidement dénoncée par plusieurs intervenants du Saguenay, dont le conservateur Richard Martel.

Le projet, précisons-le, permettrait d’augmenter le transport de marchandises vers la Côte-Nord, qui deviendrait ainsi une porte d’accès pour le trafic maritime sur le Saint-Laurent. Des marchandises qui proviennent notamment de l’Ouest canadien, le fief des conservateurs. 

Si son candidat Richard Martel n’a pas hésité avant de s’opposer au projet, qui servirait de « voie de contournement à Saguenay », Andrew Scheer a préféré demeurer prudent. 

« C’est important de prendre des décisions basées sur des considérations des gens de la région. Sur ce sujet, je vais écouter les élus, les gens qui sont touchés par ce projet. Mais au Parti conservateur, on a tendance à appuyer les projets qui aident à la croissance économique, qui rendent la vie plus facile aux gens. Mais on va écouter les gens qui seront impactés par ces décisions », a répondu Scheer, ajoutant qu’il commentera à nouveau ce dossier pendant la campagne.