Le député sortant de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a été dans l’embarras après ses propos sur le candidat bloquiste Alexis Brunelle-Duceppe.

Richard Hébert s’excuse à Brunelle-Duceppe

Le député sortant dans Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a rectifié le tir, vendredi après-midi, par rapport aux propos qu’il a tenus à l’endroit d’Alexis Brunelle-Duceppe.

Le candidat du Parti libéral du Canada s’est excusé d’avoir utilisé le terme « parachuté », en faisant référence au candidat du Bloc québécois dans sa circonscription.

Le député sortant de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, a été dans l’embarras après ses propos sur le candidat bloquiste Alexis Brunelle-Duceppe.

Interrogé sur la nomination tardive de la candidate libérale Dajana Dautovic dans Chicoutimi-Le Fjord, Richard Hébert a répondu en s’en est prenant à M. Brunelle-Duceppe, en soulignant que le Saguenay–Lac-Saint-Jean n’est pas sa région d’origine. « Est-ce que M. Alexis Duceppe est venu au monde ici ? Alors quand on parle de parachute, y en a d’autres aussi qui ont des parachutes », peut-on l’entendre dire dans une vidéo de TVA qui circule sur Twitter. M. Brunelle-Duceppe a alors interpellé le député sortant sur la plateforme, en lui demandant de s’excuser, chose que Richard Hébert a faite dans les heures qui ont suivi l’altercation. « Je reconnais aujourd’hui que mes propos étaient mal formulés. Vous avez toute la légitimité de vous présenter comme candidat dans la circonscription de Lac-Saint-Jean. Je suis désolé de ces propos et je m’en excuse sincèrement », a-t-il déclaré sur son compte Twitter, en réponse à Brunelle-Duceppe. Celui-ci a accepté ses excuses, ajoutant qu’il espérait que « cette campagne en soit une d’idées, de propositions, et qu’elle soit centrée sur les enjeux au coeur des préoccupations et aspirations [des] citoyen-nes ».

Joint vendredi en fin d’après-midi, le candidat du Bloc québécois a précisé n’entretenir aucune animosité à l’égard de Richard Hébert, avec qui il s’est entretenu au téléphone. « Je crois que ça a pris une proportion à laquelle il ne s’attendait pas. C’est sorti vite de sa bouche, on voit sur la vidéo qu’il semblait agité, alors je laisse la chance au coureur. C’est chose du passé, mais je trouve que c’est important de rappeler que je vis ici, je travaille ici, et ma conjointe et moi avons choisi d’élever nos enfants ici. Je trouve ça important de corriger ces informations. »

Richard Hébert a quant à lui laissé savoir, via son attachée de presse Laurence Poulin, qu’il n’avait pas d’autres commentaires à faire que ceux mentionnés sur Twitter.