En fait, elle n’a même pas attendu la question du Soleil. Macarena Diab voulait évacuer le sujet dès le départ.

Parti vert: Macarena chante son allégeance pro-choix

«Je suis pro-choix! Je suis pro-choix! Je suis pro-choix! Est-ce que ça répond à votre question?»

En fait, elle n’a même pas attendu la question du Soleil. Macarena Diab voulait évacuer le sujet dès le départ.

Mardi, après que la chef du Parti vert du Canada ait affirmé ne pas pouvoir empêcher le dépôt d’un projet de loi contre l’avortement de la part de ses députés, un reportage de Radio-Canada révélait que la candidate verte dans la circonscription de Louis-Hébert, à Québec, aurait déjà eu des allégeances pro-vie.

«Je suis fortement pro-choix, je l’ai toujours été, assure Mme Diab. Ils ont pris une citation hors contexte que j’aurais pu faire sur un groupe Facebook. C’était une citation de Mère Teresa qui ne disait aucunement que j’étais contre l’avortement», ajoute-t-elle.

En 2008, sur la page d’un groupe pro-vie en espagnol, l’adolescente avait publié une citation de Mère Teresa, selon qui l’avortement serait «le plus grand ennemi de la paix». À vous de juger.

C’était il y a 11 ans. Ensuite venue à Québec pour étudier, l’Uruguayenne d’origine habite ici depuis 2013. «Depuis 2013, il y a des publications sur mes réseaux sociaux qui indiquent que je suis clairement pro-choix», insiste la femme maintenant âgée de 30 ans.

«Je ne suis pas croyante, mais j’ai été baptisée. Je viens d’Amérique latine, où la société est différente du Québec», explique-t-elle, soulignant néanmoins que l’Uruguay figure parmi les pays les plus progressistes en Amérique latine avec le droit à l’avortement, le mariage de même sexe et la légalisation du cannabis.

du provincial au fédéral

Mme Diab a fait campagne l’an dernier avec les verts provinciaux. Elle se trouve davantage dans son élément au fédéral, où l’on traite d’enjeux plus larges «beaucoup plus proches de mes études», confirme la détentrice d’une maîtrise en études internationales.

Elle plaide bien sûr pour la réforme du mode de scrutin. Avec un mode de scrutin proportionnel, en 2015, 3,4 % des votes à travers le Canada auraient valu aux verts 12 sièges au lieu d’un seul.

N’empêche que «si on continue à faire ce qu’on a toujours fait, si on continue à voter libéral pour ne pas que le conservateur rentre ou à voter conservateur pour que le libéral ne rentre pas, ça ne changera jamais. C’est le moment de se faire entendre, de faire le changement», atteste celle qui se donne comme défi de «faire sortir le vote des jeunes».

Macarena Diab a un prénom que les gens remarquent et retiennent. À cause du succès mondial connu par la chanson Macarena, du groupe espagnol Los del Rio, en 1993. Et la chorégraphie qui va avec. La chanson porte justement sur une Macarena, prénom féminin usuel en espagnol. Ses parents l’ont choisi trois ans avant l’éruption de la fameuse toune.

«On n’oublie pas mon nom! s’esclaffe-t-elle. Des gens ont dansé devant moi quand j’ai dit mon nom, ça ne me choque plus. Je me suis fait chanter ma chanson au Burundi, au Sénégal, à Amsterdam, à Paris. Partout où je vais, les gens n’oublient pas mon nom!»

Ça peut être pratique lors d’une campagne électorale.