Le candidat libéral dans Jonquière, Vincent Garneau.

Les petites localités dans la mire de Vincent Garneau

Le sort des petits villages, qui perdent de plus en plus de services de proximité, inquiète le candidat libéral dans Jonquière, Vincent Garneau. Il promet d’ailleurs de travailler pour les petites localités de sa circonscription s’il est élu le 21 octobre prochain.

« Depuis quelques années, on assiste à la désintégration socioéconomique de nos villages. Par exemple, on apprenait que le village de Lamarche n’avait plus de dépanneur ni de station-service. Partout dans mon comté, nos beaux villages se dévitalisent et cela est visible par des pertes de commerces à Lamarche, à Saint-Nazaire, à Bégin, à Saint-Ambroise, à Saint-David-de-Falardeau, à Larouche, à Saint-Honoré, à Saint-Fulgence et à Sainte-Rose-Du-Nord. Cette dernière a par ailleurs des problèmes graves d’approvisionnement en eau potable. En conséquence, dès mon élection, je travaillerai avec les divers ministères responsables afin d’aider les petites communautés forestières comme Lamarche qui ont été durement touchées par les pertes d’emplois, en investissant non seulement dans la plantation d’arbres, mais aussi en aidant à la création d’entreprises innovatrices en sylviculture. En nous inspirant du modèle finlandais d’agriculture forestière, nous pourrons à cet égard devenir une région pilote pour le développement de notre industrie forestière », a indiqué Vincent Garneau par voie de communiqué.

Concernant spécifiquement Sainte-Rose-du-Nord, qui a eu des problèmes d’approvisionnement en eau potable dernièrement, le candidat libéral promet qu’il travaillera en collaboration avec le gouvernement du Québec sur ce dossier.

« Il faut aider Sainte-Rose-du-Nord et les autres petites municipalités à avoir les moyens financiers pour sécuriser leurs citoyens au niveau de l’eau potable », a souligné M. Garneau.

AbonnezvousBarometre

Vendredi, le candidat rencontrait les préfets et les maires de la Table régionale des élus. « J’étais beaucoup en mode écoute, à savoir quelles sont leurs priorités. Nous avons beaucoup parlé de la foresterie et du développement économique », a souligné Vincent Garneau, lors d’un entretien accordé au Progrès.