Les libéraux bien placés dans Jonquière, même sans candidat [VIDÉO]

Selon un sondage Recherche Mainstreet, la députée néo-démocrate Karine Trudel est en grande difficulté dans sa circonscription de Jonquière alors que les libéraux sont pratiquement au coude-à-coude avec les conservateurs.

Avant de tirer des conclusions de ce résultat, il faut cependant tenir compte du fait que les questions posées aux 674 électeurs du comté le 14 septembre – donc avant la saga du blackface de Justin Trudeau – ne mentionnaient que le nom des partis et celui des chefs, atténuant l’effet que peut avoir le candidat local sur l’appui des votants. Mme Trudel, il faut le rappeler, mise davantage sur sa personne et les liens qu’elle a tissés avec ses concitoyens au cours des quatre dernières années que sur son parti et son chef.

À la question « si l’élection fédérale avait lieu aujourd’hui, pour quel parti voteriez-vous ? », 25 % ont répondu Conservateur/Scheer, 22 % Libéral/Trudeau, 17 % Bloc québécois/Blanchet, 11 % NDP/Singh, 5 % Vert/May, 2 % PPC/Bernier et 2 % Autre. Près d’un électeur sur six (16 %) se disait indécis.

AbonnezvousBarometre

Les sondeurs ont alors posé une deuxième question aux indécis. Ils leur ont demandé pour qui ils auraient « tendance » à voter. Deux pour cent se sont montrés favorables aux Libéraux, qui ont grimpé à 24 %, presque à égalité avec les conservateurs (25 %), laissant 13 % d’indécis ou de discrets.

Après répartition des indécis, en additionnant les électeurs fermement décidés avec les « enclins à voter pour un parti », les libéraux talonnent les conservateurs avec 27 %, contre 29 % pour les troupes de Scheer. Les néo-démocrates grimpent à 13 %, le Bloc à 19 %, les Verts à 6 %, et les populistes de Bernier à 3 %.

Tendance

Le président de Recherche Mainstreet, Luc Fortin, ne croit pas que soumettre le nom des candidats aux personnes sondées aurait changé ces chiffres de façon marquante. « Aux élections fédérales, encore davantage qu’à celles provinciales, les partis et les chefs ont beaucoup plus d’importance que les candidats locaux », analyse-t-il.

D’ailleurs, il estime que « l’effet Trudel » a déjà joué son rôle dans les résultats de ce sondage, car le score de 13 % qu’elle obtient est le plus élevé de toutes les circonscriptions sondées au Québec. Elle fait mieux que son parti, qui plafonne à 10 % dans la Belle Province.

Selon M. Fortin, il ne fait aucun doute que les libéraux présenteront un candidat dans Jonquière – ils ont encore un peu plus d’une semaine pour le faire –, surtout que les données du sondage démontrent une tendance nette en leur faveur chez les 65 ans et plus. En effet, quand on analyse les résultats selon les données socioéconomiques, le chiffre qui ressort le plus est l’appui de 38,7 % des aînés pour les troupes de Justin Trudeau, une cohorte, rappelle M. Fortin, qui a le meilleur taux de participation aux scrutins.

Méthodologie

Le sondage a été mené par des appels faits par réponse vocale interactive le 14 septembre à partir d’un échantillon aléatoire de personnes âgées de 18 ans et plus vivant la circonscription de Jonquière. Ils ont été rejoints via une ligne téléphonique terrestre ou cellulaire et les réponses ont été pondérées statistiquement en utilisant les renseignements démographiques recueillis lors du recensement de 2016.

La marge d’erreur du sondage est de plus ou moins 3,55 %, et ce, dans 95 % des cas. Il faut noter que les totaux n’arrivent pas toujours à 100 % puisque les chiffres ont été arrondis.