Lynda Youde, Jimmy Voyer, Valérie Tremblay, Line Bélanger, Stéphane Girard et Richard Martel étaient réunis au Cégep de Chicoutimi.

Les candidats à l'élection échangent avec les étudiants

Les candidats à l’élection fédérale dans Chicoutimi–Le Fjord ont eu l’occasion de courtiser des étudiants alors que Richard Martel, du Parti conservateur du Canada (PCC), Stéphane Girard, du Nouveau Parti démocratique (NPD), Lynda Youde, du Parti vert du Canada (PVC), Jimmy Voyer, du Parti populaire du Canada (PPC), Valérie Tremblay, du Bloc québécois (BQ), et Line Bélanger, du Parti Rhinocéros, ont échangé sur différentes questions posées par les étudiants du Cégep de Chicoutimi.

Parmi les sujets qui se sont démarqués, celui portant sur le renforcement des peines pour la commission de crimes graves et le rétablissement de la peine de mort a fait dire au candidat néo-démocrate qu’il n’avait pu vérifier la position de son parti, mais qu’il n’optera pas pour le retour à la peine de mort. M. Girard ne croit pas que la répression soit de nature à combattre la violence. Selon Richard Martel, l’augmentation des peines pour certains crimes devrait être envisagée, mais il croit que des mesures doivent être adoptées pour accompagner les victimes.

La question posée sur le droit des femmes à disposer de leur corps et l’avortement ont fait l’objet d’une belle unanimité chez les candidats alors que tous ont réaffirmé qu’il n’était pas question de remettre en question ce droit. Le candidat Stéphane Girard a affirmé qu’alors que l’on croyait que le dossier avait été réglé, des proches de certains partis politiques semblent vouloir rouvrir le débat, une allusion indirecte au Parti conservateur. « Je comprends l’inquiétude de certaines femmes alors que des gens rétrogrades nous ramènent ça sur la place publique », a affirmé M. Girard. Le député sortant Richard Martel a réitéré la position de son chef Andrew Scheer voulant qu’il ne soit pas question de rouvrir le débat.

Un étudiant a interrogé les candidats sur le bannissement du plastique à usage unique. Sur le sujet, Lynda Youde a proposé l’adoption d’une stratégie nationale de la gestion de la pollution par le plastique tout en voyant à l’élimination des polluants qu’il contient d’ici 2022. M. Voyer a avoué que son parti n’est pas reconnu pour son programme vert, mais ajoute qu’il n’est pas question de laisser à ses enfants une planète plus sale. Il ne croit pas que le bannissement du plastique à usage unique soit une solution.

Au Bloc québécois, la candidate Valérie Tremblay s’en est pris au suremballage avec du plastique et du carton, mais s’est dite en désaccord avec l’adversaire Voyer qui dit que préserver l’environnement est synonyme de sacrifices économiques. La Rhinocéros Line Bélanger croit que le travail devrait commencer pas l’imposition d’une consigne sur les bouteilles de vin. Le conservateur Martel croit que le développement de plus d’entreprises de recyclage permettrait d’éliminer davantage de matières à enfouir.

AbonnezvousBarometre

La mise en place d’un système électoral proportionnel a fait dire au candidat du Parti populaire qu’il n’est pas question de toucher au mode de scrutin actuel puisque la priorité doit être mise sur la crise budgétaire et la dette de 800 G $ du gouvernement canadien. Selon M. Martel, les libéraux ont pris des engagements sur le sujet, mais il croit que l’important est que les régions ne perdent pas de poids au sein du parlement. Au BQ, Mme Tremblay favorise un système plus représentatif de l’opinion de l’ensemble des citoyens. Pour les Rhinocéros, le système actuel « datant du Moyen-Âge » ne fait que favoriser l’alternance entre les bleus et les rouges. Le nouveau système doit favoriser la concertation entre les partis politiques.

La loi sur la laïcité a fait l’unanimité entre les candidats, dans la mesure où personne ne souhaite contester le document adopté par l’Assemblée nationale.