Vincent Garneau, candidat pour le Parti libéral du Canada, Lynda Youde, candidate pour le Parti vert, Stéphane Girard, du Nouveau Parti démocratique, Mario Simard, du Bloc québécois, Maxime Voyer, du Parti populaire du Canada, et Line Bélanger, du Parti Rhinécéros, sont venus défendre leurs couleurs, mardi soir, dans un débat au Baruqac.

L’environnement au coeur du débat du MAGE-UQAC

Des candidats de Jonquière et de Chicoutimi-Le Fjord se sont réunis, mardi soir, pour un débat à saveur environnementale au Baruqac. Une centaine d’étudiants ont pris part au rendez-vous organisé par l’Association modulaire étudiante de sociologie et d’histoire de l’UQAC et du MAGE-UQAC.

François-Olivier Dorais, professeur d’histoire de l’UQAC, a joué le rôle d’animateur lors de cette soirée. Après une période de questions à développement et une en rafale, les étudiants étaient invités à poser leurs questions. Ils les écrivaient sur un papier et l’organisation en pigeait quelques-unes, en fin de soirée. C’est la deuxième fois que l’association organise ce genre d’activités, alors qu’elle l’avait fait pour la dernière campagne électorale provinciale.

AbonnezvousBarometre

De Jonquière, les candidats Vincent Garneau, du Parti libéral du Canada (PLC), et Mario Simard, du Bloc québécois, ont répondu à l’appel des jeunes. Du côté des candidats de Chicoutimi-Le Fjord, Lynda Youde, du Parti vert, Stéphane Girard, du Nouveau Parti démocratique (NDP), Jimmy Voyer, du Parti populaire du Canada, ainsi que Line Bélanger, du Parti rhinocéros, ont accepté de venir défendre leurs couleurs.

D’entrée de jeu, la question sur GNL Saguenay a divisé les candidats des différents partis. Mme Youde (PV) a annoncé qu’elle était contre le projet, tandis que M. Garneau (PLC), M. Girard (NDP) et M. Simard (BQ) ont préféré attendre d’avoir plus de résultats du BAPE avant de se prononcer. M. Voyer a affirmé qu’il était pour le projet et pour les mesures qui favorisaient l’exportation des ressources naturelles du pays, et Mme Bélanger a conclu en soulignant qu’elle souhaitait voir un oléoduc s’il pouvait amener du Quick aux fraises.

Des séries de questions ont permis au public d’apprendre les positions des différents candidats sur des sujets chauds. Par exemple, les politiciens avaient 30 secondes pour dire si leur parti voudrait restreindre le droit à l’avortement. Tous les candidats ont répondu que leur parti ne le ferait pas, mais plusieurs, comme M. Girard (NDP), M. Garneau (PLC) et M. Simard (BQ), ont avoué qu’ils auraient aimé entendre la réponse de Richard Martel, député conservateur dans Chicoutimi–Le Fjord, le seul parti qui avait refusé l’invitation des étudiants.

Les candidats ont également dû dire s’ils aimeraient que le gouvernement en fasse davantage en matière d’environnement. Encore une fois, tous les partis ont admis que le gouvernement canadien devait en faire plus, sauf M. Voyer, du Parti populaire, qui préférerait que les provinces gèrent leurs objectifs climatiques.

Les étudiants, en fin de soirée, ont pu prendre la parole. Des questions sur l’environnement ont semblé être favorisées, alors qu’on demandait, par exemple, ce que les candidats feraient du plastique à usage unique.

Mais certains ont préféré s’intéresser à l’écureuil de Mme Bélanger (PR). Elle a semblé être la favorite de plusieurs, avec son kilt et sa perruque de clown. Plusieurs de ses affirmations loufoques lui ont valu un tonnerre d’applaudissements.