Andrew Scheer a pris part à un BBQ à Ottawa, samedi.

Le passé d'une autre candidate rattrape Andrew Scheer

KANATA — Le chef conservateur Andrew Scheer s'est de nouveau retrouvé sur la défensive à cause des propos passés d'une de ses candidates.

Deux ministres libérales, Maryam Monsef et Mélanie Joly, ont dénoncé sur les réseaux sociaux la candidate conservatrice dans la circonscription de Kanata-Carleton, Justina McCaffrey, qui apparaît notamment dans une vidéo tournée avec la commentatrice de la droite extrême Faith Goldy.

Mme Goldy figure parmi les six personnalités canadiennes qui ont été bannies de Facebook en avril.

La commentatrice et Mme McCafferty sont des amies. Elles avaient réalisé une vidéo pour défendre un projet télévisuel.

La candidate a accueilli samedi M. Scheer à sa descente de l'autobus de campagne en le serrant dans ses bras et l'a présenté aux partisans conservateurs venus participer à un rassemblement local. Elle a quitté les lieux avant même la fin de l'activité, refusant de répondre aux questions des journalistes et se sauvant en auto. Pendant ce temps, M. Scheer prenait des autoportraits et serrait des mains malgré l'absence de Mme McCafferty.

Samedi devait être une journée calme pour le chef conservateur qui était accompagné de ses cinq enfants, une première au cours de cette campagne.

M. Scheer a dû répondre, les lèvres serrées, aux questions des journalistes qui l'interrogeaient une nouvelle fois sur ses candidats, et non sur son programme politique.

«Je comprends que Justina a abordé la question ce matin, a-t-il répondu. Elle a publié un communiqué à ce sujet. Alors je vais la laisser se défendre elle-même et nous poursuivrons nos activités électorales prévues aujourd'hui.»

Il a souligné «qu'il n'avait rien à voir avec cette personne», en parlant de Faith Goldy.

La candidate conservatrice dans la circonscription de Kanata-Carleton, Justina McCaffrey, prenait part au même événement de campagne que son chef, samedi.

Selon lui, les libéraux ont soulevé cette question afin de distraire l'électorat du bilan de leur gouvernement et de certains de leurs candidats au passé douteux. «Comme je l'ai souligné l'autre jour, nous allons voir les libéraux faire tout en leur pouvoir pour détourner l'attention des électeurs des mensonges de leur chef, des promesses rompues de leur chef et du fait que leur chef n'a pas condamné les déclarations antisémites d'un de ses candidats.»

Scheer faisait ainsi référence à Hassan Guillet, un imam qui était candidat libéral dans la circonscription montréalaise de Saint-Léonard-Saint-Michel jusqu'au 30 août. Les libéraux lui ont montré la porte après que certaines de ses déclarations au sujet d'Israël et du pseudo-contrôle des sionistes sur la politique américaine eurent refait surface.

D'autres excuses

Les libéraux ont aussi dénoncé une autre vidéo de Mme McCaffrey dans laquelle elle déplorait que Justin Trudeau se préoccupât du Québec et des francophones. La candidate a présenté des excuses à ce sujet.

«J'ai grandi à Saint-Boniface, au Manitoba, et je respecte profondément les deux langues officielles. Je regrette d'avoir mal choisi mes mots pour critiquer le bilan de Trudeau», a-t-elle écrit dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Elle a aussi expliqué que la vidéo tournée avec Mme Goldy avait été réalisée en 2013 quand cette dernière était encore une journaliste de la défunte chaîne de télévision Sun News Network, avant donc qu'elle n'adopte des positions plus extrémistes. Mme McCaffrey a affirmé que les deux ne s'étaient pas vues depuis «plusieurs années».

Faith Goldy a publié une photo de toutes les deux datant de 2017.

Le chef conservateur a aussi affirmé que les conservateurs font preuve de transparence à propos de leurs candidats, c'est, selon eux, ce qui les démarque des libéraux. Il a fait remarquer que les libéraux avaient dû eux aussi obliger des candidats à se désister pour des propos passés.