Dajana Dautovic tentera de devenir la prochaine députée de Chicoutimi-Le Fjord le 21 octobre prochain.

L’actuaire au caractère réservé

Calme et contenue, la candidate libérale Dajana Dautovic fait preuve d’un caractère réservé qui ne représentante pas un handicap, selon l’actuaire de Québec qui préfère écouter les gens avant d’agir de manière spontanée.

« Je suis réservée, oui. Mais je suis à l’écoute et surtout ouverte. Je pense que les gens apprécient ce genre de caractère. Ça ne veut pas dire que je suis moins dédiée, au contraire », exprime la jeune candidate de 24 ans.

La jeune femme native de Québec se défend d’ailleurs d’être une candidate parachutée. Dajana, qui écrit son nom avec un Y sur ses pancartes pour faciliter la prononciation, se dit fière de représenter une région comme celle du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Je ne me cherchais pas un travail. Je viens avec de bonnes intentions. Je suis vraiment fière de représenter la circonscription de Chicoutimi-Le Fjord. On me fait parfois des petites blagues quand je rencontre des gens, mais c’est toujours respectueux. La plupart des gens que je rencontre sont heureux qu’une personne soit ici pour représenter les valeurs libérales. Et je vais pouvoir amener une vision différente à la région, à mon avis. »

La jeune femme de Québec a dû mettre de côté sa carrière, le temps de la campagne électorale. Des chiffres aux porte-à-porte, Dajana Dautovic a fait un drastique changement de voie.

« J’ai dû y réfléchir longtemps. Parce que je dois mettre des choses de côté. Mais je ne regrette rien. Ce n’est que du positif pour le moment », constate celle qui avoue avoir un penchant pour le porte-à-porte.

Les chiffres, elle en raffole, c’est d’ailleurs pour cette raison que la performance économique des municipalités, surtout des petits villages, est une de ses priorités.

« Je veux propulser l’économie de la circonscription, surtout en revitalisant les plus petits villages. Mais même si l’économie est ce qui me ‘‘drive’’, je veux qu’on prenne des décisions respectant les faits scientifiques sur l’environnement. Parce que si on ne répond pas à l’urgence climatique, ça va nous coûter plus cher plus tard », pointe la candidate libérale, qui veut également encourager les jeunes à revenir s’établir ici.

AbonnezvousBarometre