La députée sortante de Jonquière, Karine Trudel, a remis en question la méthode d’octroi de contrats du gouvernement fédéral, vendredi, lors de sa visite au Chantier Davie.

Karine Trudel visite la Davie

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique (NPD) en matière de travail, la députée sortante dans Jonquière Karine Trudel, était de passage au Chantier Davie, à Lévis, vendredi. Accompagnée des candidats Tommy Bureau (Québec), Jérémie Juneau (Louis-Hébert) et Guillaume Bourdeau (Charlesbourg–Haute-Saint-Charles), Mme Trudel a réitéré le soutien du NPD à l’endroit des travailleurs et travailleuses de la Davie. Elle a aussi profité de l’occasion pour promouvoir les opportunités économiques entre la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean et le chantier Davie.

Par voie de communiqué, la députée a laissé savoir que la Davie aurait dû recevoir son plus récent contrat bien avant, puisque les besoins sont présents. Elle remet en question le système d’octroi de contrats du gouvernement.

« Les employés de Chantier Davie détiennent un savoir-faire et une expérience précieuse qui doivent être mis à profit. Pourtant, le gouvernement fédéral a tardé à le reconnaître. Au lieu de s’engager rapidement, il a laissé les travailleurs et travailleuses et leur famille vivre des périodes intenses de stress, a déclaré Mme Trudel. Sans la pression faite par les travailleurs et travailleuses, l’entreprise et les partis de l’opposition, le gouvernement n’aurait jamais bougé. Le NPD s’assurera que la Davie reçoive toujours sa juste part de contrats fédéraux. »

Les retombées économiques du Chantier Davie dépassent la grande région de Québec, plusieurs entreprises saguenéennes espérant elles aussi bénéficier du renouvellement de la flotte de la Garde côtière canadienne et de la Marine royale canadienne.

« Une interconnexion existe entre les économies des différentes régions du Québec. Les entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont un fort potentiel d’intégration dans la chaîne d’approvisionnement du chantier naval Davie et la mission économique de mai dernier a prouvé l’intérêt des entreprises de la région, conclut Mme Trudel. J’ai hâte de voir ce chantier fonctionner à nouveau à plein régime ! »