Impôt unique : Mario Simard dénonce l’incohérence néo-démocrate

Le candidat bloquiste dans Jonquière accuse le NPD de manquer de cohérence. En faveur du rapport d’impôt unique, si les emplois sont protégés, Mario Simard se demande pourquoi sa rivale Karine Trudel ne « partage pas la même position » que son chef québécois Alexandre Boulerice.

La députée sortante dans Jonquière, rappelons-le, s’oppose farouchement à la création d’un rapport d’impôt unique géré par Québec, à l’instar des libéraux et des représentants du Parti populaire du Canada. Dans un gazouillis écrit mercredi, en réponse au bloquiste Alexis Brunelle-Duceppe, Alexandre Boulerice a mentionné être « pour le principe ». « C’est même une résolution du congrès. Mais on ne voudrait pas le faire si ça fait perdre des emplois en Maurice ou au Saguenay. »

Il s’agit de la même position défendue par les candidats conservateur et bloquiste dans Jonquière.

« On dit la même chose. Donc le NPD, les conservateurs et nous (Bloc), on est du même côté. On est tous pour le rapport d’impôt unique si les emplois sont protégés », pointe Mario Simard, candidat dans Jonquière.

Ce dernier tenait à ressortir cet élément, car il s’agit d’un des reproches formulés régulièrement par le NPD à leur endroit.

Joint jeudi, l’attaché de presse de Karine Trudel a confirmé qu’elle maintient toujours la même position à ce sujet, malgré le gazouillis d’Alexandre Boulerice. Elle s’y oppose et ne croit pas que le gouvernement du Québec et le futur premier ministre du Canada peuvent garantir la sécurité d’emploi aux fonctionnaires du Centre fiscal de Jonquière. Selon ses discussions avec les syndicats, il est impossible de rapatrier l’entière responsabilité des impôts à Québec sans perte d’emplois. Selon son attaché, le Bloc tente de jouer avec les mots en dénonçant cette incohérence, car M. Boulerice défend la même position que sa candidate dans Jonquière.

AbonnezvousBarometre

Le NPD, rappelons-le, était au départ en faveur du rapport d’impôt unique. C’est d’ailleurs Alexandre Boulerice qui en était l’instigateur au sein des troupes néo-démocrates. Karine Trudel avait finalement convaincu son parti de renoncer à cette idée.