Accompagné par la ministre sortante du Commerce international et des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et la candidate dans Chicoutimi-Le-Fjord Dajana Dautovic, Vincent Garneau a proposé de décentraliser certains ministères au profit du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Garneau veut plus de fonctionnaires dans la région

Le candidat libéral Vincent Garneau s’engage à maintenir les quelque 1000 emplois du Centre fiscal de Jonquière, mais surtout à en créer. Accompagné par la ministre sortante du Commerce international et des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, le candidat dans Jonquière a proposé de décentraliser certains ministères au profit du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« On est ici pour protéger le centre fiscal et on est le seul parti qui peut le faire. Je veux aussi travailler à amener d’autres emplois de la fonction publique à Jonquière et dans la région », promet M. Garneau.

Ce n’est pas dans le domaine du traitement de données de l’impôt que les emplois seront créés. Le nombre de fonctionnaires qui reçoivent et trient les déclarations papier et ceux qui entrent manuellement les données dans le système informatique est appelé à baisser. Si tous les Canadiens effectuaient leur rapport d’impôt sur Internet, ces emplois n’existeraient pas. Certains pays, précisons-le, ont d’ailleurs obligé les citoyens à prendre le virage numérique pour réduire le nombre de fonctionnaires.

« Ç’a diminué beaucoup dans les 15 dernières années. On est passé de 300 personnes à ne faire que de l’entrée de données à une centaine. Ce sont des emplois qui baissent d’année en année. Les gens sont recyclés à d’autres choses. C’est pour ça qu’on recherche des projets (mandats ponctuels du gouvernement) pour pouvoir leur donner un emploi d’un autre type », exprime le président du syndicat des travailleurs de l’impôt, Daniel Gagnon.

Sur les quelque 1000 emplois, près de la moitié sont des postes temporaires. Les gens travaillent quelques mois, pendant la saison des impôts. Ils font ensuite une période de chômage si le contrat se termine ou s’il n’y a pas d’autres projets du gouvernement. Le salaire moyen frôle les 45 000 $ selon le syndicat et la plupart des postes n’exigent aucune formation.

Vincent Garneau admet que l’avenir dans l’entrée de données provenant de documents papier est peu florissant.

« C’est pour ça qu’on vient parler au syndicat et voir ce qu’on peut identifier comme ministères ou services pour venir ici. On peut penser à Ressources naturelles Canada. Plusieurs ministères peuvent s’établir dans les régions. Prendre l’expertise des régions et l’amener à Ottawa », propose-t-il.

AbonnezvousBarometre

« Il faut garder ces bons emplois pour les familles et travailleurs de Jonquière. Ç’a pris un député libéral pour amener le centre ici, et ça va prendre un député libéral pour assurer son maintien ici ! », a déclaré Vincent Garneau.

Les travailleurs, rappelons-le, craignent de perdre leur emploi avec le projet de rapport d’impôt unique géré par Québec. La plupart des partis sont en faveur de cette simplification, si les emplois sont garantis à Jonquière. À l’instar de Vincent Garneau, la candidate Karine Trudel s’oppose quant à elle au rapport d’impôt unique.