Freeland: AP-60, UNESCO et débat des chefs

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a profité de son passage dans la région pour rencontrer les travailleurs de Rio Tinto et pour visiter la cité d’Arvida. Des rencontres qui ont été appréciées par ses hôtes.

En revenant d’Alma, la ministre s’est arrêtée chez Rio Tinto, où elle a rejoint des travailleurs de la multinationale et le président syndical Alain Gagnon. Ce dernier a expliqué que la rencontre avait duré une bonne heure et que plusieurs sujets ont été abordés, dont la situation actuelle concernant le marché de l’aluminium, la transformation du métal gris, mais surtout la concrétisation des phases deux et trois d’AP-60.

« C’est certain qu’on demande aux élus de faire quelque chose pour que ces projets atterrissent. On entend beaucoup parler de BlackRock et d’Ariane Phosphate, mais les phases deux et trois d’AP-60 sont également importantes. Maintenant que l’histoire des taxes et des quotas sont derrière nous, il faut travailler à faire atterrir ces projets », a souligné Alain Gagnon, lors d’un entretien accordé au Quotidien, jeudi en soirée. « Plus on a d’alliés politiques, mieux c’est », a ajouté le leader syndical.

Ce n’était pas la première fois que M. Gagnon rencontrait la ministre et il a ajouté que sa visite avait été appréciée des travailleurs.

Un peu plus tard, Chrystia Freeland a eu droit à une petite visite de la cité d’Arvida, accompagnée du conseiller municipal Carl Dufour. Ce dernier voulait discuter de la reconnaissance d’Arvida au patrimoine de l’UNESCO. Chrystia Freeland était accompagnée du candidat libéral de Jonquière, Vincent Garneau, de celui de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, de même que de Dajana Dautovic, candidate libérale dans Chicoutimi.

« Nous n’avons pas eu de promesse, mais ils se sont montrés très réceptifs. Ils comprennent qu’on doit aussi reconnaître le patrimoine bâti, industriel et moderne. C’était une visite très intéressante. Chrystia Freeland semblait être bien informée et connaissait déjà le dossier », a souligné Carl Dufour, au terme de la rencontre.

Le conseiller municipal a offert une petite virée à la ministre, notamment en lui montrant le Manoir du Saguenay et le pont d’aluminium.

Le candidat dans Jonquière, Vincent Garneau, a confirmé que s’il est élu le 21 octobre prochain, il fera de ce projet l’une de ses priorités. « Je m’engage à pousser ce dossier à Ottawa », a promis M. Garneau, lors d’une entrevue accordée au Quotidien, en soirée.

AbonnezvousBarometre

Les trois candidats libéraux et la ministre se déplaçaient ensuite au Boston Pizza de Jonquière, où ils ont écouté le débat des chefs en compagnie de bénévoles.

Vendredi matin, la ministre sera au Centre fiscal de Jonquière.