Macarena Diab, candidate verte dans la circonscription de Louis-Hébert, à Sainte-Foy. La femme de 30 ans a été épinglée en milieu de semaine pour sa publication remontant à 2008 sur la page Facebook d’un groupe pro-vie.

Des verts changent de nom sur Facebook pour éviter les mauvaises trouvailles

Les candidats du Parti vert du Canada sont incités à changer de nom sur leur profil personnel Facebook, afin d’éviter des trouvailles fâcheuses de la part des journalistes ou des partis adverses.

C’est le cas de Macarena Diab, candidate verte dans la circonscription de Louis-Hébert, à Sainte-Foy. La femme de 30 ans a été épinglée en milieu de semaine pour sa publication remontant à 2008 sur la page Facebook d’un groupe pro-vie.

«Oui, ça s’est discuté sur les slacks du parti», admet d’emblée Mme Diab au Soleil, à propos des échanges en ligne des membres du Parti vert sur la plate-forme de discussions Slack.

«On a discuté de la pertinence de changer notre nom sur Facebook, mais il n’y a jamais eu d’obligation», insiste-t-elle.

Mme Diab a néanmoins adopté l’idée, comme d’autres collègues candidats. Question de s’éviter un nouveau brouhaha indésirable comme ce qu’elle a vécu dans les derniers jours. Situation qui a mis non seulement la candidate dans l’embarras, mais aussi le parti et sa chef.

«J’ai changé mon nom, je n’ai pas besoin de le cacher. Les gens peuvent continuer de me joindre facilement avec ma page publique de candidate. Je trouve que ce sera plus facile pour l’avenir et je ne me ferai plus reprocher une publication d’il y a 11 ans», constate-t-elle.

Mme Diab ajoute que le fait de changer de nom sur son profil personnel Facebook n’a rien d’une pratique inhabituelle. Cela peut même devenir une fantaisie ou une mode. Elle l’avait aussi fait en 2011, deux ans avant de partir de son Uruguay natal pour venir étudier à Québec.

«On s’entend, les réseaux sociaux sont un couteau à double tranchant, prévient-elle. Pas juste pour moi! Quand tu deviens publique, tu es plus scrutée et tu dois faire plus attention à ce que tu publies. Et c’est vrai pour tout le monde!»

Mme Diab s’est à maintes reprises défendue d’être contre l’avortement, cette semaine, s’affirmant pro-choix avec publications Facebook à l’appui depuis 2013.