L'une des armes d'Alexandre Bissonnette, saisie après la tuerie de la Grande Mosquée de Québec.

Contrôle des armes à feu: les deux armes de Bissonnette deviendraient interdites

Les libéraux interdiraient les armes d’assaut comme celle que transportait Alexandre Bissonnette avant d’entrer dans la Grande Mosquée de Québec, au soir du 29 janvier 2017. Le parti de Justin Trudeau promet aussi de légiférer pour permettre aux municipalités d’empêcher l’utilisation du pistolet avec lequel Bissonnette a fait six morts et six blessés graves.

«C’est sans aucun doute l’épisode le plus marquant de mon premier mandat», concède Joël Lightbound, qui était alors député fédéral de Louis-Hébert depuis à peine 15 mois. La tuerie s’est déroulée à Sainte-Foy, dans sa circonscription. Mais aussi la ville où il a grandi entouré d’amis de toutes origines ethniques.

«Dans ma vie professionnelle, j’étais au cœur de la tourmente, mais aussi dans ma vie personnelle, alors que les parents de certains amis fréquentent la Mosquée et étaient là, ce soir-là», poursuit M. Lightbound, qui sollicitera un deuxième mandat le 21 octobre.

Pour que «ça ne se reproduise jamais», le député dit militer depuis deux ans et demi pour la promesse livrée par le Parti libéral, vendredi. La carabine semi-automatique de style militaire VZ-58 que voulait utiliser Bissonnette s’est enrayée avant qu’il ne puisse s’en servir sur les fidèles musulmans. D’aucuns, dont M. Lightbound, sont d’avis qu’il «aurait fait encore plus de victimes avec ce genre d’arme».

Les libéraux annoncent donc que s’ils sont réélus, ils vont bannir ces «armes d’assaut faites et utilisées pour tuer des gens». «Des tragédies auraient pu être évitées», dit le député sortant.

L’assassin, qui purge une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 40 ans, a laissé tomber son arme longue de calibre .223 dans la neige. Pour s’en remettre à son pistolet Glock d’où, une fois à l’intérieur du bâtiment, sont sorties 48 balles en moins de deux minutes.

Dans cette promesse, les libéraux disent vouloir «collaborer avec les provinces et les territoires pour donner aux municipalités la capacité de restreindre ou d’interdire les armes de poing», car le contrôle de ces armes se retrouverait sous une compétence différente.

«Plein de groupes»

Pourquoi ne pas avoir agi avant, alors que le Parti libéral du Canada en parlait déjà dans sa plate-forme électorale de 2015? «Dans le contrôle des armes à feu, il y a plein de groupes. Et il est important de ne pas nuire aux chasseurs utilisant des armes d’épaule. D’ailleurs, il est important de préciser qu’on ne rouvre pas le registre des armes d’épaule», explique M. Lightbound.

Question de bien marquer l’écart de position avec ses adversaires conservateurs, le représentant libéral a rappelé que le député sortant et candidat conservateur dans la circonscription de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, est allé cet été tirer avec une carabine semi-automatique AR-15 en compagnie d’une représentante de la Coalition canadienne pour le droit aux armes à feu, un groupe de pression proarmes. «Un grave manque de sensibilité», selon M. Lightbound. Ancien militaire, M. Paul-Hus était porte-parole de l’opposition en matière de sécurité publique.

AbonnezvousBarometre