Transport en commun: trois des quatre partis promettent d’agir sur la tarification

Tous les partis ont proposé des mesures liées à la tarification pour encourager l’utilisation du transport en commun. Tous, sauf la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Le Parti québécois (PQ) a promis jeudi de réduire de 60% les coûts du transport en commun en dehors des heures de pointe pour tous les usagers du Québec. 

Cette mesure ne changera rien pour ceux qui achètent des passes mensuelles, a précisé le parti. Mais elle incitera les autres qui n’ont pas à se rendre au boulot ou à l’école selon l’horaire du 9 à 5 à planifier leurs déplacements hors des heures de pointe, a-t-il expliqué.

Quant à ceux qui n’ont pas le choix de prendre le bus, le train ou le métro à 8 h et à 17 h, ce changement ne les touchera pas directement, mais bien indirectement, a soutenu le chef Jean-François Lisée. 

Car si les gens sont plus nombreux à effectuer leurs déplacements à d’autres heures, ils seront moins tassés comme des sardines dans le métro, et ils verront moins d’autobus trop pleins passer devant leur nez sans s’arrêter, a-t-il fait valoir.

Selon M. Lisée, de simplement réduire les tarifs pour tous, comme le propose Québec solidaire (QS), n’aidera pas le problème de l’heure de pointe, puisque le réseau est déjà saturé. «Ce serait contre-productif», juge le chef du PQ, qui incite par ailleurs les sociétés de transport à offrir des passes «hors heure de pointe».

Fond vert

Cette mesure ne sera pas imposée, a précisé le parti. Les sociétés de transport décideront si elles l’adoptent. Si c’est le cas, elles obtiendront de l’argent du Fond vert, a-t-on expliqué jeudi.

Il s’agit du troisième volet du plan de transport du PQ, appelé «Grand Déblocage». Au total, la formation politique estime que ses mesures enlèveront 533 000 voitures des routes du Québec et feront diminuer les émissions de GES de 960 000 tonnes par année.

QS et le Parti libéral du Québec ont aussi annoncé plus tôt pendant la campagne des mesures pour favoriser le transport en commun. QS a ainsi promis de réduire de moitié le prix du transport en commun partout dans la province. À terme, la formation politique, qui promet d’investir 7,6 milliards $ de plus dans le transport collectif, vise rien de moins que la gratuité. 

Quant au PLQ, il a promis la gratuité du transport en commun pour les étudiants à temps plein et les personnes aînées partout au Québec. Un engagement qui représente des investissements additionnels de 200 M$ par année, calcule le parti.

La CAQ, elle, a annoncé des investissements en transport en commun, notamment dans le réseau de transport structurant de Québec, et pris l’engagement de connecter ce réseau avec celui de Lévis via le troisième lien, mais n’a proposé aucune mesure sur la tarification, confirme Sébastien Lépine, conseiller politique au cabinet du chef de la CAQ. Avec La Presse canadienne