Après avoir joui d’une bonne avance pendant plusieurs mois, François Legault et la Coalition avenir Québec se retrouvent pratiquement nez à nez avec les libéraux de Philippe Couillard, selon le dernier sondage Mainstreet.

Sondage Mainstreet Recherche: la CAQ et le PLQ au coude-à-coude

Après avoir joui d’une bonne avance pendant plusieurs mois, voilà que les choses se corsent pour la Coalition avenir Québec (CAQ). Et pas qu’un peu : le dernier sondage Mainstreet place maintenant le parti de François Legault à égalité statistique avec les libéraux.

Mené les 14 et 15 septembre auprès de 1665 personnes (marge d’erreur : ± 2,4 % 19 fois sur 20), le coup de sonde accorde 29,1 % des intentions de vote à la CAQ, après répartition des indécis, et 28,6 % au Parti libéral du Québec (PLQ). Un écart d’à peine plus d’un demi-pour cent qui est bien inférieur à la marge d’erreur.

Le Parti québécois (PQ) suit avec 21,5 % d’appui, et Québec solidaire avec 17,1 %.

Pour la CAQ, ce recul n’est pas suffisant pour remettre en question la victoire que tous lui prédisent, à cause de la force que le parti conserve chez les francophones (33 % contre 24 % pour le PQ). «Si l’élection avait lieu aujourd’hui, la CAQ gagnerait probablement à cause de la distribution de ses votes, indique le sondeur de Mainstreet Steve Pinkus. Si tu regardes en région [neuf points d’avance sur le PQ], à Québec [sept points sur les libéraux] et dans la banlieue de Montréal [13 points sur le PLQ], ils mènent dans ces endroits-là. Le vote libéral, lui, est beaucoup plus concentré» dans l’ouest de l’île de Montréal et mène donc à moins de sièges.

Fait important, souligne M. Pinkus, la course ne s’est pas resserrée à cause d’une remontée des libéraux, qui font littéralement du sur-place depuis la mi-août. C’est la CAQ qui a perdu du terrain, soit environ cinq points depuis le débat des chefs de la semaine dernière.

Difficile de faire un lien

Il est toutefois difficile de voir un lien avec la performance de François Legault à ce débat, selon les chiffres de Mainstreet. À la question de savoir lequel des chefs avait remporté le débat, c’est Jean-François Lisée qui a été le plus souvent choisi par les répondants (22,3 %), mais M. Legault n’est pas très loin derrière à 16,6 %, soit presque autant que le chef libéral Philippe Couillard (17,2 %). Notons à ce sujet qu’une forte proportion des répondants, soit près de 32 %, n’avaient pas d’opinion sur le sujet ou n’avaient pas regardé le débat.

Il est par ailleurs aussi possible que les difficultés récentes de M. Legault sur l’immigration lui aient nui. M. Legault, qui a fait de ce thème un cheval de bataille, a fait quelques erreurs factuelles de base sur le système canadien et québécois d’immigration au cours des derniers jours. 

«Je me pose la question moi-même sur les raisons de cette chute, dit M. Pinkus. Quand j’ai vu les chiffres, j’étais vraiment étonné.» À un point tel qu’il a décidé de reporter la publication du présent sondage d’une journée, afin de confirmer la tendance avec de nouvelles données — et la chute caquiste semble bel et bien concrète.

C’est principalement le Parti québécois qui a bénéficié des difficultés de M. Legault, ce qui n’est guère étonnant puisque le Baromètre électoral de Mainstreet montre depuis des semaines que le PQ est le second choix le plus populaire chez les électeurs caquistes. Mais cela signifie quand même qu’«il va falloir regarder attentivement le score du PQ au cours des prochaines semaines, dit M. Pinkus. Tout à coup, les péquistes sont à presque 22 % d’appuis et, s’ils vont chercher deux ou trois points de plus, on va avoir une lutte à trois.»

Sommet historique pour QS

Québec solidaire (QS) sort également gagnant de ce sondage, puisqu’un score de 17 % serait un sommet historique pour ce parti. La formation de Manon Massé montre d’ailleurs une force étonnante en «région», avec près de 21 % des intentions de vote. Cependant, le parti de gauche recueille ses appuis les plus forts chez les 18-34 ans (35 % chez les jeunes), soit un groupe démographique connu pour ne pas se rendre en grand nombre aux bureaux de scrutin.

«Je m’attends à un feu d’artifice pour le deuxième débat en français, qui aura jeudi. François Legault va devoir tenter quelque chose, alors que Jean-François Lisée s’est montré agressif au premier débat, et ça a marché pour lui», avance M. Pinkus.

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, des données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.