Serge Simard a lancé sa campagne samedi, à Port-Alfred dans l’arrondissement de La Baie.

Serge Simard mise sur son expérience

Le député sortant de Dubuc, Serge Simard, a vanté son et a accusé la CAQ de manquer d'expérience lors de l’ouverture de son bureau de campagne situé à Port-Alfred, samedi.

Plus tôt cette semaine un sondage publié par Le Quotidien plaçait le libéral en deuxième position derrière celui qui démarre la campagne avec une bonne longueur d’avance, François Tremblay de la CAQ. François Temblay recevait l’appui de 40,1% de la population. Serge Simard lui, obtenait 27,8% des intentions de vote.

Serge Simard ne se formalise pas de débuter la course électorale en deuxième place. « La campagne est pas commencée. Je me souviens qu’en 2014 on disparaissait de la carte. Il y a une ligne de départ et une ligne d’arrivée. Nous on travaille fort sur la ligne d’arrivée » lance celui qui sollicite un troisième mandat auprès de la population.

Priorités
Serge Simard estime avoir « livré la marchandise » pendant le dernier mandat et mise sur les grands projets industriels annoncés dans Dubuc pour développer la circonscription et « mettre du pain sur la table des familles».

Des projets miniers comme ceux d’Arianne Phosphate et de Métaux BlackRock, en dehors de la création d’emplois, amèneront de nombreuses possibilités dans les municipalités de la circonscription, selon M. Simard.

« Les gens [qui vont travailler-là], il va falloir qu’il demeure quelque part. Ça va rayonner partout ces projets-là », croit-il.

Le candidat libéral s’est installé à à Port-Alfred pour mettre en lumière certain dossier sur lesquels il veut travailler pendant les quatre prochaines années : le transfert de la bibliothèque de La Baie dans l’église Saint-Édouard et le projet de revitalisation du terrain de la Consol, vacant depuis la fermeture de l’usine. « Ce n’est pas anodin de s’être installé ici. »

Serge Simard veut aussi favoriser le développement du Mont-Édouard dans le Bas-Saguenay, pour qu’il soit une attraction touristique majeure à l’année longue. Sur la rive nord du Saguenay, le développement du Valinouet peut avoir un effet structurant similiare croit Serge Simard.

Il a lancé quelques flèches à la CAQ, qu’il accuse de manquer d’expérience. « On ne peut pas laisser ça là et laisser un nouveau parti au pouvoir, qui ne connaît rien de ces dossiers-là. Il faut qu’on se donne les moyens de notre développement pour les vingt prochaines années », affirme-t-il.

Serge Simard a inauguré son local de campagne devant une foule d’une trentaine de personnes, composée de militants, de membres de sa famille et de ses amis.