Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a dévoilé ses premiers engagements.

Sept engagements de Gaudreault en santé

La santé est au cœur des sept premiers engagements du député sortant péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qui estime que la « centralisation excessive » du système de santé instaurée par le gouvernement libéral a eu des impacts importants dans sa circonscription.

Une trentaine de personnes ont assisté à l’ouverture officielle du local électoral du député, dimanche en début d’après-midi, à Jonquière. L’emplacement du local, situé sur le boulevard Harvey, en face de l’hôpital de Jonquière, imposait de lui-même ce premier thème de la campagne électorale de celui qui a été élu pour la première fois dans la circonscription en 2007.

Le candidat du Parti québécois a dévoilé sept engagements à l’occasion d’un discours livré devant militants et bénévoles. Sylvain Gaudreault souhaite tout d’abord assurer la pérennité de Jonquière-Médic, améliorer le soutien aux familles et aux proches aidants et mener à bien le dossier de la réfection de l’urgence de l’hôpital de Jonquière.

Médecins de famille
M. Gaudreault souhaite également améliorer l’accès aux médecins de famille, un besoin particulièrement criant dans la circonscription, a-t-il rappelé. « On a à Jonquière presque la moitié des personnes en attente d’un médecin de famille dans la région, dans les listes d’attentes. Il faut revoir la répartition des effectifs médicaux sur le territoire de Jonquière, sinon, on ne réussira jamais à baisser la liste », a-t-il mentionné, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien, dimanche.

Le soutien au développement de la coopérative de santé dans le secteur de Lac-Kénogami, l’implantation à Jonquière d’un plateau de travail en santé mentale par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la région ainsi que la poursuite du travail dans le dossier de la crise des opioïdes, avec le Comité action prévention opioïde lancé à Jonquière, complètent la liste dressée par le candidat péquiste.

Il rappelle que si le Parti québécois ne compte pas faire table rase de la réforme Barrette, la formation politique s’engage néanmoins à améliorer les soins aux patients, en instaurant des personnes-ressources au sein des instances locales et en offrant davantage d’autonomie dans leur pratique aux différents spécialistes de la santé.

Les prochains engagements dévoilés concerneront le développement économique, l’éducation et la culture, a précisé M. Gaudreault.