La chef de Quebec solidaire Manon Massé annonce des engagements majeurs en éducation, devant une école fermée, dans Hochelaga Maisonneuve

Québec solidaire souhaite investir près de 2 G$ en éducation

MONTRÉAL — Québec solidaire souhaite «reconstruire l'école québécoise» en réduisant le nombre d'élèves par professeur, en embauchant des professionnels supplémentaires dans les écoles et en rénovant les installations scolaires publiques.

Au total, c'est près de 2 milliards $ que QS promet d'investir s'il est porté au pouvoir le 1er octobre prochain.

Accusant les gouvernements des 15 dernières années d'avoir «affaibli énormément» le système d'éducation par le biais de nombreuses compressions, la co-porte-parole du parti, Manon Massé, a indiqué mercredi que Québec solidaire veut faire de la prochaine génération «la génération la plus éduquée de l'histoire du Québec».

Selon elle, une génération a été «sacrifiée» en raison des décisions prises à Québec dans les dernières années.

«Ce que (les coupes) ont eu comme impact, il y a des parents qui le savent très bien: leurs enfants n'ont pas eu le soutien nécessaire parce qu'ils sont en difficultés d'apprentissage, ils n'ont pas eu les évaluations pour être capables d'avoir un plan d'intervention pour amener le soutien nécessaire pour qu'ils développent leur plein potentiel. On a enfreint la Loi sur l'instruction publique, qui dit qu'on doit offrir les ressources à nos jeunes», a estimé l'aspirante au poste de première ministre.

Les solidaires verseront la plus grande part de l'enveloppe, soit 1,6 milliard $ sur quatre ans, pour rénover et entretenir adéquatement les écoles de la province.

Manon Massé a également soulevé un problème de décrochage des jeunes enseignants, «qui quittent parce que les conditions sont mauvaises».

Son parti, s'il est élu, promet donc d'ajouter 340 millions $ au budget de l'éducation afin d'embaucher 2300 professionnels supplémentaires pour soutenir la réussite des élèves — notamment des orthopédagogues, des orthophonistes ou des spécialistes en psychoéducation — de même que 2100 nouveaux enseignants, ce qui permettrait de diminuer les ratios dans les classes.

Séduire les ex-enseignants

Pour trouver ces nouveaux enseignants, Mme Massé se dit convaincue que les mesures qui seraient mises en place par un gouvernement solidaire permettraient de séduire de nouveau les ex-enseignants qui avaient quitté le métier, découragés par leurs conditions de travail.

«Je pense que d'améliorer leurs conditions de travail, de diminuer la charge de travail, d'embaucher du personnel pour les aider à faire le travail, c'est rapatrier pas mal d'enseignantes qui, dans le fond, aiment ça enseigner. Mais pour le moment, elles se retrouvent à faire toute sorte d'autres jobs parce que les conditions de travail sont inacceptables dans nos écoles», a-t-elle expliqué.

Québec solidaire compte aller puiser les sommes nécessaires à l'implantation de ces nouvelles mesures à même les 13 milliards $ de nouvel argent que le parti croit pouvoir aller chercher en revoyant le taux d'imposition des grandes entreprises.