François Legault a reconnu que les sans-papier sur le territoire québécois auraient droit à des services et à des soins de santé, mais a laissé entendre que c'est le fédéral qui devra payer.

Ottawa devra payer pour les soins des sans-papiers de la CAQ

MONTRÉAL — Un gouvernement caquiste enverrait à Ottawa la facture des soins de santé de la nouvelle catégorie de sans-papiers qu'il aurait lui-même créée.

«L'immigration, ça relève d'Ottawa», a tranché vendredi le chef de la CAQ, François Legault, même si c'est une compétence partagée entre Québec et le fédéral en vertu d'une entente.

Le chef caquiste est ainsi revenu sur l'enjeu des immigrants auxquels un gouvernement caquiste refuserait le certificat de sélection s'ils échouent à un test de français et à un test de valeurs. Le certificat de sélection est obligatoire pour obtenir la résidence permanente.

Sans aucun papier, ces immigrants seraient passibles d'expulsion par le fédéral, mais dans l'intervalle pourraient rester un certain temps sur le territoire québécois.

En mêlée de presse vendredi à la suite d'un discours devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, le chef caquiste a reconnu que ces personnes auraient néanmoins droit à des services et à des soins de santé, mais a laissé entendre que c'est le fédéral qui devra payer.

«Comme on le fait actuellement», a-t-il répondu.

Or, Québec refile actuellement à Ottawa la facture des soins de santé pour les demandeurs de statut de réfugié et, par exemple, ceux qui sont entrés de façon irrégulière sur le territoire par le chemin Roxham l'an dernier, car cette catégorie d'immigration relève du fédéral.

Mais la nouvelle catégorie d'immigrants, assujettis à un certificat transitoire, que veut constituer la CAQ relèverait du Québec puisqu'il s'agit d'immigration économique.

Le chef caquiste avait semblé minimiser ou banaliser le problème en matinée. Il avait déclaré que des sans-papiers, «il y en a dans tous les pays», dans une entrevue à la station 98,5 avec l'animateur Paul Arcand, qui lui a lancé qu'il allait «créer des sans-papiers».

Le PLQ réagit

Le Parti libéral s'est empressé de critiquer le chef caquiste. Le candidat libéral et député de Lafontaine, Marc Tanguay, lui a reproché de créer encore plus de sans-papiers.

«Que ferait M. Legault avec ces personnes? a-t-il dit dans un point de presse devant l'hôtel montréalais où allait parler M. Legault. Il n'a pas plus de détails. [...] Il ne précise pas les services auxquels les sans-papiers auraient droit.»

M. Tanguay a également fait référence à un article paru vendredi dans un prestigieux quotidien américain, le Washington Post, qui résume la campagne en cours au Québec en évoquant ce «parti qui veut expulser les immigrants qui échouent un test de valeurs».

«C'est excessivement dommageable pour le Québec», a commenté M. Tanguay.

Pour sa part, François Legault voit dans cet article le résultat de la «campagne de peur» menée par son adversaire libéral Philippe Couillard.

«Inapplicable», dit Lisée

Le Parti québécois (PQ) en a de nouveau profité pour vertement critiquer la position caquiste. Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a laissé entendre que François Legault improvisait, par sa méconnaissance du système d'immigration.

«À trois jours de l'élection, François Legault ne sait toujours pas de quoi il parle», a semoncé M. Lisée en point de presse.

Le certificat de sélection doit être envoyé au candidat à l'immigration avant même qu'il pose le pied au pays en vertu des règles actuelles, et il faudrait que le gouvernement Trudeau modifie sa loi pour les changer, ce qui n'arrivera pas, a prévenu M. Lisée.

«C'est illégal, inapplicable, [M. Legault] raconte des balivernes aux Québécois», a conclu le chef péquiste.