Le leader du PQ Jean-François Lisée et la co-leader Véronique Hivon durant un bain de foule jeudi à Mont-St-Hilaire.

Ne troquez pas l'austérité libérale pour l'austérité caquiste, a averti le PQ

MONT-SAINT-HILAIRE — Le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée, met en garde les électeurs: ne troquez pas l'austérité libérale «que vous avez détestée» pour l'austérité caquiste, a-t-il déclaré en lançant sa campagne jeudi.

Seule sa formation politique peut incarner le réel changement, a-t-il fait valoir en face d'une église, à Mont-Saint-Hilaire, en Montérégie, dans la circonscription de Borduas qui est détenue par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Il offre comme preuve les transfuges passés du Parti libéral à la CAQ, et le cas plus récent de Gertrude Bourdon, pressentie par la formation caquiste, mais qui s'est finalement jointe aux libéraux.

Le PQ a aussi voulu montrer que, bien que donné troisième dans les sondages, il n'a pas froid aux yeux. Lors de ce lancement de campagne, il a choisi de se rendre dans des circonscriptions toutes détenues par ses adversaires politiques.

Car après Borduas, la caravane péquiste se rendra dans la nouvelle circonscription montréalaise de Maurice-Richard (anciennement appelée Crémazie), puis à Mascouche dans Lanaudière, dans la circonscription de Masson.

Il participera aussi en fin de journée à un rassemblement électoral dans la circonscription de Prévost, dans les Laurentides. Le Parti québécois y présente Paul Saint-Pierre Plamondon, qui affrontera l'ex-ministre libérale Marguerite Blais, récemment convertie en caquiste.