La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé

Manon Massé accuse François Legault d'ignorer les changements climatiques

MONTRÉAL — Québec solidaire tente d'imposer les changements climatiques comme «question de l'urne» et accuse la Coalition avenir Québec (CAQ) d'ignorer complètement cette question.

En mêlée de presse, jeudi à Montréal, la porte-parole de la formation de gauche est allée jusqu'à se demander si François Legault croit aux changements climatiques en invoquant l'absence de ce thème dans la plateforme, le programme et le cadre financier de la CAQ.

Mme Massé a concentré ses attaques sur la CAQ en invoquant l'appui de cette dernière qu'elle constate dans les sondages, estimant qu'un gouvernement caquiste serait «problématique, dangereux et inacceptable» pour l'environnement.

Elle en a profité pour dénoncer l'entrée en vigueur, le 20 septembre dernier, d'un règlement qui permet une destruction des milieux humides au nord du 49e parallèle alors que les élus ne siègent pas à l'Assemblée nationale. Radio-Canada révélait, jeudi, que le règlement avait été modifié pour exclure la quasi-totalité du nord du Québec de la protection entourant les milieux humides et hydriques.

De plus, elle s'est soulevée contre les propos du chef caquiste qui, lors d'un récent passage à Amos, en Abitibi, a affirmé que son parti n'augmenterait pas les redevances sur l'eau potable, reniant ainsi l'engagement pris une semaine plus tôt par son propre député, François Bonnardel.

Gilles Duceppe et René Lévesque

Mme Massé est par ailleurs revenue à la charge contre Gilles Duceppe, accusant ce dernier d'insulter le peuple québécois lorsqu'il critique son niveau de langage.

Elle rétorque d'une part que son niveau de langage a le mérite d'être compris par la plupart des citoyens, se disant très fière de constater que le peuple québécois se reconnaisse en elle. D'autre part, elle déplore que l'ex-chef bloquiste sous-entende avec une telle affirmation que la politique est réservée aux élites.

La porte-parole solidaire se désole par ailleurs que la campagne donne lieu à autant d'attaques personnelles, blâmant «l'establishment politique» d'avoir habitué la population à ces tactiques, alors que le sujet qui devrait mobiliser tous les Québécois est celui de la lutte contre les changements climatiques.

Mme Massé a par ailleurs balayé du revers de la main les reproches qu'on lui a faits — provenant notamment du chef péquiste Jean-François Lisée — de se réclamer, elle et son parti, de l'héritage de René Lévesque. Elle a fait valoir que René Lévesque a inspiré tout un peuple, qu'il n'appartient à personne, mais bien à l'histoire.