Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Main d'œuvre et français: Lisée croit qu'un équilibre est possible

REPENTIGNY — Le chef péquiste Jean-François Lisée estime qu'il est tout à fait possible de combler la pénurie de main-d'oeuvre, tout en exigeant que les immigrants aient une connaissance suffisante du français.

En conférence de presse mardi matin, M. Lisée a refusé de se prêter à un «faux dilemme» lorsqu'on lui a demandé s'il pourrait éventuellement mettre de côté son exigence du français chez les nouveaux arrivants, afin de mieux remédier au manque de travailleurs.

Le chef péquiste croit que le gouvernement sera en mesure de combler les besoins en choisissant parmi les «270 millions de francophones dans le monde».

Selon lui, les immigrants qui connaissent le français avant d'arriver au Québec ont de meilleures chances de s'intégrer.

Le PQ propose de faire passer un test de français aux immigrants voulant s'installer au Québec, avant leur arrivée. Cette exigence ne s'appliquerait pas aux réfugiés.

M. Lisée a brandi la nouvelle étude de l'Institut du Québec, qui démontre que parmi les 52 388 immigrants arrivés au Québec en 2017, seulement 42 pour cent avaient une connaissance du français.

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.