Le chef de la CAQ a promis un gouvernement efficace tout en étant humain, «qui a le cœur à la bonne place, mais les deux pieds sur terre». Qui travaillera pour les familles, les enfants, les aînés et les régions, a-t-il énuméré.

«Les Québécois ont choisi l’espoir», dit Legault

«On a réussi à rassembler et c’est dans cet esprit de rassemblement que j’ai l’intention de gouverner pour tous les Québécois», a déclaré François Legault dans son discours de victoire.

Le premier ministre du Québec s’est réjoui que de nombreux citoyens aient mis de côté le débat sur la souveraineté du Québec, qui les a divisés pendant 50 ans, pour lui faire confiance. «C’est possible de faire travailler ensemble des adversaires d’hier.»

Il a invité tous ceux qui le souhaitent à se joindre à la CAQ pour «mettre l’épaule à la roue pour faire plus, pour faire mieux.»

M. Legault évalue qu’en lui donnant un mandat majoritaire, «les Québécois ont choisi l’espoir». «Aujourd’hui, on a marqué l’histoire», a-t-il scandé au tout début de son discours, visiblement fier. 

Le chef de la CAQ a promis un gouvernement efficace tout en étant humain, «qui a le cœur à la bonne place, mais les deux pieds sur terre». Qui travaillera pour les familles, les enfants, les aînés et les régions, a-t-il énuméré.

Il a prononcé quelques mots en anglais, demandant aux anglophones de travailler avec lui pour faire en sorte que le Québec soit plus fort à l’intérieur du Canada.  

M. Legault a également tendu la main à ses adversaires politiques. «On n’est pas des ennemis. Il y a beaucoup plus de choses qu’on partage que de choses qui nous divisent.» 

Le nouveau premier ministre a reconnu qu’«on a des défis immenses devant nous, mais on est capables, nous les Québécois, de les relever». Il prévoit de courtes célébrations de victoire, car «dès demain, on va se retrousser les manches». 

François Legault, qui a regardé la soirée électorale avec sa femme Isabelle Brais et ses deux fils dans un hôtel de Québec, a appris très tôt qu’il serait premier ministre, mais comme le veut la tradition, il a été le dernier chef à s’adresser à ses militants, vers 23h20.  

Les candidates Svetlana Solomykina et Joëlle Boutin se sont soutenues dans la défaite.

La députée Marguerite Blais croit que la CAQ a réussi à se faire élire comme gouvernement majoritaire parce que les gens ont voté «avec leur cœur» et que son parti a su susciter des «émotions» chez eux. Selon elle, François Legault est maintenant à la tête d’un «gouvernement humain». 

«Les gens ont compris qu’on avait une équipe crédible et compétente», a réagi Nathalie Roy, députée de la CAQ depuis 2012. Le défi est maintenant de «livrer la marchandise et on va le faire», assure-t-elle. 

Au grand rassemblement caquiste du Centre des congrès de Québec, une musique assourdissante s’est fait entendre à chaque fois qu’un candidat caquiste était élu. Les crécelles et les drapeaux distribués aux quelques centaines de militants réunis sur place se faisant ensuite aller allègrement. 

Le rythme de l’annonce des candidats élus était tellement rapide que les gens présents avaient peine à suivre la soirée électorale retransmise sur écran géant. 

Les militants et les nouveaux députés ont versé quelques larmes de joie, se sont fait de grandes accolades, mais semblaient surtout surpris, voire sonnés de constater que leur parti avait réussi à prendre autant de circonscriptions.

À LIRE AUSSI: La chronique de Gilbert Lavoie - Les deux mains sur le volant