Les quatre chefs se préparent au troisième débat de TVA

MONTRÉAL — Les quatre chefs de partis se préparaient tous jeudi pour le dernier grand débat, qui se tiendra en soirée dans un contexte sensiblement différent des autres, alors que les libéraux semblent reprendre du poil de la bête dans les intentions de vote, selon un dernier sondage.

Philippe Couillard, François Legault, Jean-François Lisée et Manon Massé se sont croisés une première fois, jeudi matin, alors qu'ils participaient tous au congrès de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), à quelques heures du débat, qui optera pour une formule distincte.

Dans cette joute présentée au réseau TVA, les chefs débattront en groupe de deux sur différents thèmes, dont l'économie, l'immigration et la santé.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, a reconnu qu'il s'agissait d'un moment important pour lui, à la lumière des derniers sondages, dans lesquels ses appuis semblent s'éroder.

La dernière enquête de la maison CROP pour Cogeco Média accorde 37 % des appuis au Parti libéral du Québec (PLQ) et 30 % à la CAQ, après répartition des indécis. Le Parti québécois (PQ) serait troisième, avec 16 % de la faveur, devant Québec solidaire, à 14 %.

Le dernier sondage de Léger pour le compte des médias de Québecor présentait toutefois un portrait assez différent. Selon les chiffres de cette autre firme, la CAQ récolterait 31 % du vote, contre 30 % pour le Parti libéral du Québec (PLQ). Le PQ obtiendrait 21 % des votes, contre 14 % pour Québec solidaire.

«J'ai confiance qu'on va avoir un gouvernement majoritaire de la CAQ, j'ai confiance que ce soir on ne parlera pas seulement d'immigration comme le voudrait Philippe Couillard», a déclaré M. Legault en mêlée de presse après l'événement de la FQM.

«Je pense que les gens veulent du changement, je pense que ce qui est clair, ce qui revient le plus dans tous les sondages, c'est qu'une grande majorité de Québécois veulent un changement.»

Le chef libéral Philippe Couillard n'a pas dévoilé les sujets précis qu'il comptait aborder, jeudi soir. Interrogé à savoir s'il voulait parler particulièrement de l'immigration pour cibler M. Legault, le premier ministre sortant n'a pas répondu directement.

Parler aux Québécois

«Ma cible, c'est de parler aux Québécois. On va parler de tous les sujets. Et bien sûr, l'immigration c'est essentiel dans les outils dont on a besoin pour lutter contre la pénurie de main-d'œuvre», a-t-il soutenu.

De son côté, le chef péquiste Jean-François Lisée n'a pas semblé se formaliser de la troisième place qu'il occupe dans les sondages depuis plusieurs mois, car il souligne que l'électorat est encore volatil.

«Peut-être que les sondeurs n'arrivent pas à capter exactement tout ce qui se passe en même temps dans l'électorat, a-t-il suggéré. Du sol, on nous dit: "On voit un vrai changement depuis le premier débat, même depuis le débat en anglais, les gens sont beaucoup plus positifs".»

M. Lisée a plaidé que tous les sondages indiquaient que «rien n'est joué».

La porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, avait moins parlé que ses adversaires lors des derniers débats, et elle semblait satisfaite de la formule de TVA.

«Le face à face invite à un dialogue, alors que l'arène à quatre facilite le combat de coqs. Dans ce sens-là, je pense qu'on va avoir du plaisir à pouvoir justement être en dialogue avec les adversaires», a-t-elle déclaré.

Les quatre chefs seront une fois de plus sur le même plateau de télévision, vendredi soir, lors de l'enregistrement de «Tout le monde en parle», à Radio-Canada. L'émission très populaire, devenue presque un passage obligé en campagne électorale, sera toutefois diffusée dimanche soir. Avec Caroline Plante et Cogeco

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.