Les candidats de la CAQ dans la région de Québec Jonatan Julien (Charlesbourg), Geneviève Guilbault (Louis-Hébert) et François Paradis (Lévis)

La CAQ pour le retour du sans rendez-vous à Charlesbourg

Fermé il y a 10 mois faute de financement, le service de sans rendez-vous du Centre médical Charlesbourg rouvrira ses portes sous un gouvernement de la CAQ.

Le candidat de la CAQ dans Charlesbourg, Jonatan Julien, s’est engagé à rétablir le financement de la clinique, amputé par le ministre de la Santé sortant Gaétan Barrette. Ainsi, il croit pouvoir offrir une solution de proximité aux 52 000 patients orphelins de médecin de famille qui vivent au nord de Québec.

Le rétablissement de ce service coûterait 150 000 $ par année et commanderait une dérogation spéciale, indique la CAQ. 

«Pour nous, ça fait pas de sens», que cette clinique ait fermé son service de sans rendez-vous, qui a été ouvert de 2013 à 2017 tous les jours de la semaine, 73 heures par semaine. 

Le député sortant de Lévis, François Paradis, a ajouté que les gens de Québec avaient perdu d’autres services de sans rendez-vous ces derniers mois, par exemple à la clinique médicale Pierre-­Bertrand et au CLSC Haute-Ville. 

La CAQ ne s’engage pas à rétablir tous les services, mais veut agir au cas par cas, en étant à l’écoute des besoins de chaque secteur. «Quand c’est réclamé par les médecins, on répond oui. S’il y a d’autres demandes du genre qui viennent, pour faire en sorte qu’on puisse mieux servir les patients, on le fera aussi», indique M. Paradis. 

La CAQ rejette le modèle unique des supercliniques implantées par le gouvernement libéral. 

Réaction

Sébastien Proulx, le ministre sortant responsable de la Capitale-­Nationale, a réagi en expliquant que ce centre médical n’avait pas respecté son engagement initial de se transformer en superclinique. 

M. Proulx rappelle qu’environ 80 % des patients de Québec ont accès à un médecin de famille et que son gouvernement a pris l’engagement d’ouvrir d’autres supercliniques à Québec pour combler les besoins des patients orphelins.

***

LABEAUME JOUE SON RÔLE, DIT JULIEN

Jonatan Julien, l’ex-bras droit du maire Régis Labeaume, trouve que celui-ci adopte le bon ton durant la campagne électorale en ayant des exigences pour les partis, sans toutefois se jeter dans la mêlée. «Il joue bien son rôle dans cette campagne-là. C’est-à-dire, il fait des demandes et il se garde un devoir de réserve après ça de commenter les partis. C’est parfait.» 

Le candidat de la CAQ, qui a claqué la porte de l’administration Labeaume en mai dernier, s’est défendu d’avoir été absent de l’espace public ces dernières semaines, ayant participé à des débats et des activités «sur le terrain», dans sa circonscription. «Je me cache jamais». 

En début de semaine, le maire Labeaume avait lancé en guise de boutade «qu’on ne voit pas les candidats de la région de Québec. On ne les entend pas. On se demande s’ils existent encore.» Depuis, les candidats libéraux et caquistes ont organisé davantage de sorties médiatiques. 

+

POUR VOUS ABONNER au Baromètre Élections 2018, c'est ici. Groupe Capitales Médias et Recherche Mainstreet vous y présentent tous les jours des sondages, données exclusives, des analyses, et des tableaux pour suivre au quotidien l'évolution des intentions de vote en vue du scrutin du 1er octobre.