Gilles Duceppe s’est livré à une charge contre Manon Massé qu’il accuse notamment d’être souverainiste seulement à temps partiel, de multiplier les volte-face et contradictions, de proposer un programme conçu pour un monde parallèle et de maîtriser le français aussi mal que l’anglais.

Gilles Duceppe tire à boulets rouges sur Manon Massé

Gilles Duceppe, l'ancien chef du Bloc québécois, sort de sa réserve et lance un pavé dans la mare, en s'invitant dans la campagne électorale pour tracer un portrait bien peu flatteur de la porte-parole de Québec solidaire (QS) Manon Massé.

Lors d'une entrevue téléphonique à La Presse canadienne, il s'est livré à une charge contre la leader politique, qu'il accuse notamment d'être souverainiste seulement à temps partiel, de multiplier les volte-face et contradictions, de proposer un programme conçu pour un monde parallèle, et de maîtriser le français aussi mal que l'anglais.

Sur ce dernier point, M. Duceppe a été lapidaire. Ailleurs dans le monde, a-t-il fait valoir, la piètre qualité de son français disqualifierait Mme Massé, quant à ses chances d'accéder aux plus hautes fonctions.

Sa sortie, qui fait écho au discours critique envers QS tenu par le chef péquiste Jean-François Lisée depuis jeudi dernier, lors du dernier débat des chefs, survient alors que le parti de gauche, en montée constante dans les sondages, se fait plus menaçant que jamais pour le Parti québécois (PQ).

Mme Massé a reconnu à maintes reprises que sa maîtrise de l'anglais était déficiente.

Devenu commentateur politique au réseau CTV, M. Duceppe affirme que lorsque des anglophones lui demandent comment Mme Massé se débrouille en anglais, il répond: «c'est aussi bon qu'en français!»

Il enchaîne en donnant quelques exemples d'expressions fautives employées selon lui par la députée solidaire et qui lui écorchent les oreilles: «Ça l'a beaucoup d'importance» (au lieu de «cela a»), «les travaillleurs social» (au lieu de sociaux), et «les vingt “zemployés”».

De la bouche d'un chef politique québécois, on devrait pouvoir s'attendre à une qualité de français supérieure, fait-il valoir, rappelant en passant que Mme Massé, en début de campagne, avait déclaré, erronément, que l'anglais était une des langues officielles du Québec.

Quand on aspire à diriger le Québec, «me semble-t-il qu'on devrait mieux parler que cela», insiste M. Duceppe, convaincu qu'«on ne laisserait pas passer ça ailleurs».

Par le fait même, il laisse entendre que c'est la candidature même de Mme Massé au poste de premier ministre qui pose problème.

Souverainiste «de temps en temps»

L'ancien chef du Bloc n'a toujours pas digéré le fait que lors des élections fédérales, Québec solidaire, tout en prétendant être souverainiste, est beaucoup plus prompt à appuyer le NPD, parti fédéraliste réputé centralisateur, que le Bloc québécois.

Il en conclut que Québec solidaire n'est souverainiste que «de temps en temps», quand ça lui chante, une preuve de plus pour lui du manque de sérieux de cette formation politique.

Les solidaires, se rappelle-t-il, «sont de drôles de souverainistes. Au fédéral, ils appuyaient toujours le NPD!».

«Le NPD et QS étaient main dans la main dans la plupart de comtés», rappelle, amer, M. Duceppe, encore étonné de constater que lors des élections fédérales, les solidaires semblaient oublier «qu'ils étaient souverainistes».

Officiellement, la consigne de Québec solidaire consiste à n'appuyer aucun parti sur la scène fédérale.

Dans les faits, il est vrai que Québec solidaire a flirté sans se cacher avec le NPD, «la source de l'avenir», selon ce qu'affirmait le député solidaire de Mercier, Amir Khadir, en 2011. Cette année-là, en pleine vague orange, ce dernier avait encouragé publiquement les électeurs à appuyer le candidat néo-démocrate Claude Patry.

Toujours en 2011, on sait que plusieurs associations de comtés de QS appuyaient des candidats du NPD et travaillaient à leur élection. Le député néo-démocrate Alexandre Boulerice a déjà été membre de QS.

«Un gros bécyk à gaz»

Gilles Duceppe n'est pas plus tendre en commentant le programme de QS, un parti qui «vit dans un autre monde».

«Ce qu'ils proposent est en dehors de la réalité», résume l'ancien politicien.

Surtout, il estime que Mme Massé multiplie les volte-face et propos contradictoires sur ce programme «qui ne tient pas la route».

Un exemple de contradiction: QS prend position pour la lutte contre les gaz à effet de serre et contre le pétrole, alors que Mme Massé «sur sa page Facebook, elle est en quatre roues et elle a un gros bycik à gaz. Il y a toujours bien une limite!»

QS, c'est «la gauche caviar, la gauche pétard», selon lui.

C'est aussi une gauche parfois difficile à cerner. Il rappelle la plus récente volte-face de la porte-parole: en début de semaine, en entrevue à CBC, Mme Massé a dit que sa formation était marxiste, avant d'affirmer le contraire le lendemain.

Il lui reproche aussi d'avoir ouvert la porte à une partition du territoire québécois, en cas d'accession à la souveraineté, en disant qu'il fallait respecter les revendications territoriales des Autochtones. «Elle ne possède pas le dossier», déplore-t-il, dénonçant aussi les positions selon lui incompréhensibles de QS contre le libre-échange, et à propos des CELI et des nationalisations tous azimuts, incluant les banques.

«N'importe quoi»

Le fonds de commerce de QS pourrait se résumer ainsi, aux yeux de M. Duceppe: «pouvoir dire un peu n'importe quoi, parce qu'on a raison sur tout».

Il a dit espérer que le 1er octobre les électeurs souverainistes vont donc préférer voter pour le parti «qui est souverainiste tout le temps», le Parti québécois.